Catégories
edito

La surconsommation en mondovision [Edito]

Rassurez-vous, il ne s’agit ni d’un édito économique ou politique. On n’est pas au Figaro ou dans Les Echos… et ça ne risque pas d’arriver ! Non, il s’agit plutôt d’une réflexion sur le monde artistique et surtout celui qui nous intéresse ici, à savoir la musique. Et on peut s’interroger sur la voie prise dans ce monde ultra-capitaliste où règne la consommation à outrance.

Cela a beau faire un bon moment que je suis dans le milieu, j’avoue ne plus tellement comprendre le sens que l’industrie musicale emprunte depuis quelques temps. Il sort des albums comme s’il en pleuvait. Et je n’ose même pas parler des singles et des EP, dont je ne saisis même pas le sens et l’utilité. J’aurais certainement du faire des études de marketing… mais je n’aime pas ça.

Entendons-nous bien, je ne parle pas des musiciens directement, qui sont pour l’essentiel des artistes passionnés. Quant aux autoproductions, j’en ai le plus grand respect et ils ont pour beaucoup toujours eu une place de choix ici. Mais quid des maisons de disques, les grosses, qui remplissent des caddies tous les vendredis ? Mais qui peut donc acheter tout ça ? Parce qu’en général, on apprécie plusieurs groupes, non ?

Quel est l’objectif donc de sortir autant d’albums si les gens en achètent de moins en moins et les écoutent gratos sur Internet ? Du coup, les artistes travaillent de longs mois pour vendre une poignée de disques, et malgré les concerts, ça ne suffit souvent pas pour vivre décemment. La création est une chose importante et primordiale quand elle ne devient pas seulement et uniquement un business. Pourtant nous y sommes plus que jamais…

Malgré le modeste impact de Rock’n Force au sein du monde la musique, c’est-à-dire dans une niche, je suis très sollicité. Et c’est d’ailleurs très gratifiant. Merci pour cela, il semble que le site soit une vitrine appréciée. Cependant, je fais quoi de tous ces albums ? Je ne peux pas parler de tout le monde. Entre 45 et 50 chroniques ou interviews sont mises en ligne par mois, alors que je reçois plus de 300 albums. La sélection est donc plus que drastique.

Parce que je pense qu’il ne sert à rien de mettre dix articles par jour en ligne, Rock’n Force ne changera pas de ligne de conduite. Je fais au mieux pour ne pas parler trop souvent des grosses productions, car d’autres sont là pour ça, mais plutôt faire un peu de place pour les autres. Alors, si je change la page d’accueil tous les trois jours : à quoi ça sert ? Que peut espérer un groupe si la chronique de son album part quasi-directement dans les archives (d’ailleurs consultables !) ?

Voilà, c’était ma réflexion du jour… Et pas seulement d’aujourd’hui, car c’est un constat que je fais depuis très longtemps. Je vais continuer à vous présenter des groupes plus modestes, mais non dépourvu de talent, loin de là, et qui ont aussi besoin d’un peu de lumière. Ils méritent autant votre attention que les grosses têtes d’affiches qui font la joie des têtes de gondoles des supermarchés, un drôle d’endroit d’ailleurs pour acheter un disque, non ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.