Catégories
Ambient Doom Progressif

Cities Of Mars : le son de la planète rouge

Depuis sa création en 2015, le trio de Göteborg s’est lancé dans une aventure, dont le concept de base est axé sur la science-fiction. Et CITIES OF MARS explore l’espace à travers ses textes aussi intensément que dans une musique très narrative. Avec ce troisième éponyme, les Suédois nous font voyager sur les reliefs chaotiques de Mars et dans un Doom Progressif intense et captivant.

CITIES OF MARS

« Cities Of Mars »

(Ripple Music)

Depuis maintenant sept ans, CITIES OF MARS s’est lancé dans la narration, sur fond de Doom Progressif, de l’histoire d’un astronaute soviétique en mission spatiale secrète en 1971. Celui-ci découvre une ancienne cité martienne et réveille du même coup une conspiration endormie depuis l’aube de l’humanité. Et avec ce troisième album éponyme, le trio relate un nouvel épisode, tout en apesanteur.

Album concept, « Cities Of Mars » nous invite à la découverte de l’histoire des sept villes de la planète rouge et le voyage est plus que saisissant. Danne Palm (chant, basse, claviers), Christoffer Norén (guitare, chant) et Johan Aronstedt (chant, batterie) font de CITIES OF MARS un groupe assez unique en son genre. A la fois sophistiqué et doté d’arrangements très soignés, ce Doom Progressif est d’un niveau exceptionnel.

Sur des effets savamment dosés et parfaitement orchestrés, la musique des Suédois devient très vite immersive et presqu’obsédante. Dans une atmosphère globalement Ambient, les riffs se font précis et lourds, et parfois même acoustiques. Et si les morceaux sont éthérés, la richesse des mélodies et le travail incroyable effectué sur les voix montrent que CITIES OF MARS et son univers Sci-Fi regorgent de créativité.

Catégories
Post-Metal Progressif

Noorvik : à travers les torpeurs antiques

Entre un Heavy massif et un post-Rock tout en finesse, le post-Metal de NOORVIK se veut aussi singulier que créatif. Entièrement instrumental, « Hamartia » est le troisième album du quatuor allemand et il a pour concept la Grèce antique et sa mythologie à travers un environnement pourtant très moderne. Une immersion saisissante.  

NOORVIK

« Hamartia »

(Tonzonen Records / Soulfood Music)

Originaire de Cologne en Allemagne, NOORVIK continue son périple post-Metal dans un registre instrumental très expressif. Après un premier album éponyme en 2018 et « Omission » l’année suivante, le quatuor livre un troisième opus très organique et particulièrement dense. Le groupe s’aventure à chaque fois dans une thématique différente, et celle-ci est moins glaciale que les précédentes.  

C’est une plongée dans la mythologie grecque que présentent les Allemands avec ce très bon « Hamartia », qui s’étend sur pas moins de 70 minutes. Intense et progressif, le style de NOORVIK lui permet d’évoluer dans des ambiances presque opposées à chaque fois. Sans être trop atmosphérique, la formation joue à travers ses nouveaux morceaux sur une épaisseur musicale très maîtrisée.

Dès « Tantalos », dont le titre donne son concept à l’album, NOORVIK déploie un univers où les riffs sont appuyés et acérés, puis laissent place aux mélodies le temps de s’installer avec des passages plus tempérés, mais toujours captivants (« Hybris », « Ambrosia », « The Feast », « Tartaros »). L’antiquité grecque a donc nourri le quatuor germanique, qui avance dans une unité de sonorités musicales solides.

Catégories
Post-Metal post-Rock Progressif

Ok Wait : d’une beauté renversante

Autour de musiciens aguerris de la scène underground de Hambourg, OK WAIT est le fruit d’une association de talents, dont la vision musicale fait preuve de beaucoup d’originalité et d’ambition. Au cœur d’un post-Rock, souvent Metal et progressif, les Allemands traversent avec émotion et des sensations variées sur ce « Well », qui va crescendo au fil de morceaux instrumentaux  puissants et délicats à la fois. Une expérience singulière et très réussie.  

OK WAIT

« Well »

(Golden Antenna Records)

Pour son premier album, le quatuor de Hambourg frappe fort en proposant un voyage très immersif dans un post-Rock, d’où émergent des sonorités empruntant au post-Metal, au Noise et au Rock Progressif. Entièrement instrumental, « Well » joue autant sur des mélodies entêtantes que sur des fulgurances beaucoup plus musclées. Et si ce premier opus de OK WAIT sonne si bien, ce n’est pas vraiment surprenant. La finesse d’interprétation et la force des compositions ne peuvent laisser insensible.

Issu du milieu underground, ce post-Rock à la fois épique et hypnotique est le fruit d’une collaboration entre quatre musiciens partageant la même fibre pour des atmosphères aériennes, et pour l’essentielle très appuyées. A la barre d’OK WAIT, on retrouve les guitaristes Christoph Härtwig et Michel Jahn (Sonic Black Holes), le bassiste Florian Zeh (Ex-Rodha) et le batteur Lutz Möllmann (Barrels). Un casting de choix et une production signée Magnus Lindberg, qui ne laisse rien au hasard.

Dès les 15 minutes de « Wait », les Allemands nous propulsent dans un univers lumineux avant de laisser place à une ambiance plus sombre avec « Blow » ou « Cope ». OK WAIT se meut dans des titres très organiques et planants en s’appropriant des tessitures musicales très rythmées aux couleurs saisissantes (« Time »). Et « Well » monte en régime au fil de l’album, laissant place à quelques belles explosions très maîtrisées. Un beau périple dans lequel on aime se perdre avec insouciance (« Dust »).

Catégories
Extrême Groove Metal Progressif Thrash Metal

Meshuggah : insubmersible et tentaculaire

Grand artisan du Thrash Metal, MESHUGGAH poursuit sa route en évoluant avec une régularité et une créativité inamovibles. Le Metal extrême des Suédois traverse aujourd’hui le Groove, le Djent, l’Atmospheric et le Progressif avec une touche et une technique rarement atteintes par d’autres. « Immutable » terrasse, sur plus d’heure, tout sur son passage avec une intensité monstrueuse. Fascinant de puissance et de précision.

MESHUGGAH

« Immutable »

(Atomic Fire Records)

Depuis sa création en 1987 et son premier album en 1991 (« Contradictions Collapse ») : MESHUGGAH, c’est 35 ans de rage, de férocité et d’une technicité jamais rassasiées. Fidèles au poste, Jens Kidman (chant), Fredrik Thordendal (guiatre) et Tomas Haake (batterie), tous fondateurs du combo, continuent de repousser les limites de leur style et « Immutable » s’inscrit parmi les meilleures réalisations des Suédois.

Si le Thrash Metal originel du groupe reste identifiable, il faut bien avouer que MESHUGGAH a su traverser les époques, assimiler les courants et se les approprier avec un feeling et une puissance de feu phénoménales. Sans bouleverser ses habitudes, les Scandinaves présentent des morceaux massifs et hypnotiques, passant en revue tout ce que le Metal compte d’extrême à l’heure actuelle.

Les guitares, véritable marque de fabrique du groupe, avancent façon rouleau-compresseur sur des riffs colossaux où les huit cordes, accordées au moins deux tons plus bas par rapport à la moyenne, offrent un volume saisissant (« The Abysmal Eye », « The Faultless »). MESHUGGAH insiste sur les rythmes répétitifs et assommants (« Armies Of The Preposterous », « Phantoms »), tout en se faisant atmosphériques (« Ligature Marks »). Gigantesque !

Catégories
Progressif Proto-Metal Psych Rock

Jirm : champ de bataille sonore

Si avec JIRM, l’ascension semble interminable, elle n’en est que plus belle. Solidement ancré dans un Heavy Psych Prog singulier, les Suédois parviennent à créer la surprise à chaque morceau de ce nouvel album. Sur une production organique et imposante, « The Tunnel, The Well, Holy Bedlam » passe des ténèbres à la lumière en un claquement de doigt.

JIRM

« The Tunnel, The Well, Holy Bedlam »

(Ripple Music)

Accrochez-vous bien, car le cinquième album de JIRM (ex-Jeremy Irons And The Ratgang Malibus) est d’une dinguerie sans nom ! Décidés à l’enregistrer durant la pandémie, les Suédois ont du avoir recours à cinq studios à travers leur pays pour arriver à leur fin. Ca en dit long sur la détermination qui anime le furieux combo de Heavy Psych Prog. 

Qualifier les riffs de telluriques est presqu’en dessous de la réalité, tant JIRM fait preuve d’une puissance et d’une énergie phénoménales. Dès « Liquid Covenant », le quatuor donne le ton avec son style si distinctif, qui pourrait se résumer en un violent télescopage entre Soundgarden et Pink Floyd dans un flux Sludge aux sonorités progressives.

Derrière ce chaos apparent, « The Tunnel, The Well, Holy Bedlam » montre au contraire un groupe parfaitement rodé, très créatif et à l’objectif clair. Très lourd et pourtant groovy, JIRM jaillit de toutes parts et reste imprévisible grâce à des compositions déstructurées avec talent (« You Fly », « Carried Away »). Accompagné d’un saxophone sauvage, le combo nous emporte sans résistance. Une expérience à part entière !

Catégories
Metal Progressif Rock

Dead Venus : renaissance progressive

Loin du Heavy Metal classique de Burning Witches avec qui elle a enregistré deux albums (« Burning Witches » et « Hexenhammer »), Seraina Telli se révèle pleinement et de manière très personnelle avec son trio DEAD VENUS. Très progressif, le style de la Suissesse est façonné de Rock, de Metal et d’un grain de folie permanent et souvent déroutant.

DEAD VENUS

« Flowers & Pain »

(Team H Entertainment)

Ancienne frontwoman de Burning Witches jusqu’en 2019, Seraina Telli avait pourtant déjà fondé DEAD VENUS dès 2015, afin d’explorer des aspects musicaux plus personnels. La chanteuse, claviériste et guitariste mène dorénavant son trio composé de Mike Malloth à la batterie et d’André Gaertner à la basse dans un registre progressif entre Rock et Metal, où le côté expérimental n’est jamais bien loin.

Après « Bird Of Paradise » en 2019, la Suissesse confirme ses intentions artistiques sur « Flowers & Pain », qui contient bien des surprises à travers des morceaux assez atypiques dans leurs structures surtout. Très bien arrangé, ce nouvel album de DEAD VENUS dispose cependant d’une production très brute et froide, qui offre à ce deuxième opus une saveur assez particulière.

Passé l’intro, on découvre un univers où la musicienne se laisse aller à de multiples expérimentations sur des titres se développant très souvent sur la longueur (« Flowers & Pain », « Plaything Doll », « Revelation Of Hate », « The Release »). Seraina Telli se dévoile comme une chanteuse, musicienne et compositrice étonnante et sans limite. DEAD VENUS a désormais pris son envol.

Catégories
France Metal Progressif Rock

Tranzat : pas de farniente ! [Interview]

TRANZAT a vu le jour en 2015 à Brest-même en Bretagne ! Et en l’espace de quatre ans, le groupe a sorti un premier album, « Hellish Psychedelia » (2016), un second « The Great Disaster » (2018) et travaille actuellement sur un troisième. Avant une très bonne prestation avec Mass Hysteria le 19 octobre dernier (2019) dans la très belle enceinte de la salle Cap Caval de Penmarc’h (sud-Finistère), le quatuor s’est prêté au petit jeu de l’interview. Entretien chaleureux et décontracté avec les quatre membres du groupes : Manu (guitare, chant), Nico (basse, chœurs), Benj (guitare, chœurs) et Tom (batterie).

– TRANZAT s’est formé en 2015 à Brest et vous comptez déjà deux albums. En quatre ans, les choses sont allées assez vite. Pouvez-vous revenir sur votre parcours musical et la création du groupe ?

Nous avons tous déjà joué dans des groupes différents et même parfois ensemble, ensuite la fusion s’est faite à Brest-même ! Pour le premier album, nous étions trois, puis quatre sur le second. La Carène (une salle brestoise – NDR) nous a aussi beaucoup aidé. C’est vraiment depuis l’an dernier que nous commençons à faire des concerts plus importants, à travers toutes les principales salles bretonnes qui sont incontournables dans l’ouest.

– Rapidement, vous avez foulé les principales scènes bretonnes dont celle du fameux Motocultor l’an dernier, et partagé l’affiche avec de grands noms (Kadavar, Shining, Mass Hysteria comme ce soir encore, …). C’est assez incroyable en si peu de temps…

Nous nous sommes donné des objectifs dès le début. Avec l’expérience, nous savions aussi comment s’y prendre pour faire avancer le groupe, les contacts à prendre et quels gens démarcher. Et le fait de les avoir déjà rencontré, il y a quelques années, a simplifier les choses, car c’est un travail de patience. Sans tout cela, cela aurait été beaucoup plus compliqué.

– Vous avez sorti deux albums (« Hellish Psychedelia » en 2016 et « The Great Disaster » en 2018). En dehors de leur production, qu’est-ce qui les distingue le plus ?

Le second est nettement plus Progressif et il y a aussi le fait que nous sommes quatre. Du coup, les compos sont plus fournies et il y a également beaucoup plus de travail d’arrangements sur le deuxième. Par ailleurs, le premier a été enregistré presqu’entièrement en live, tandis que « The Great Disaster » s’est fait piste par piste… et pendant un an… Un vrai chemin de croix ! (Rires)

– Justement, vous êtes en résidence pour préparer votre prochain album dont l’enregistrement démarrera en janvier prochain. Où en êtes-vous ? Ça avance bien ? Et à quoi doit-on s’attendre sur ce troisième opus ?

Le visuel est déjà très avancé, les idées sont assez définies. Sinon, l’album est complètement écrit et nous sommes actuellement sur les arrangements finaux. Nous allons aller à Laval pour l’enregistrement. C’est un superbe studio, qui a été pensé à partir d’une friche industrielle qui a été complètement remaniée tout en gardant l’esprit d’original du lieu (avec les briques rouges, une importante hauteur de plafond, etc..). Et tout est prévu sur place. C’est vrai que ça n’a pas coûté le même prix, mais c’est un bel investissement et nous savons déjà que nous serons très contents du résultat. Ca va vraiment sonner très pro et prendre une autre dimension. Le défi a été aussi de jouer tous en live, même s’il y aura des retouches. On voulait quelque chose de plus humain et qui renforce vraiment la cohésion du groupe.

– Revenons à la scène : vous prêtez beaucoup d’attention à la mise en scène de vos morceaux. Le visuel et la musique sont indissociables et ont la même importance à vos yeux ?

Pour le moment, nous n’avons pas encore de gros moyens scénique, même si nous essayons de proposer un vrai show. En revanche, sur les vidéos, nous avons beaucoup plus de liberté, et nous y travaillons. C’est beaucoup d’investissement, mais nous nous y mettons tranquillement, à notre échelle. En tout cas, nous bénéficions d’un réel encouragement, ce nous pousse à encore progresser et c’est une vraie satisfaction.

Catégories
Metal Indus Progressif Technical Metal

Voivod : cosmic trip

Une rythmique phénoménale guidée par une basse massive, des riffs insaisissables et percutants et une voix inquiétante et envoûtante : VOIVOD n’a rien changé à ses bonnes habitudes. Les Québécois se présentent façon rouleur-compresseur avec ce « Synchro Anarchy » qui viendra, sans nul doute, se hisser au sommet d’une déjà très belle discographie.

VOIVOD

« Synchro Anarchy »

(Century Media Records)

Cela fait maintenant 30 ans que VOIVOD surprend, innove et garde un temps d’avance dans les méandres d’un registre qu’il a lui-même élaboré. Se promenant dans des sphères progressives, Indus et parfois même jazzy, le quatuor québécois sort son quinzième album studio qu’il co-produit avec Francis Perron. Une fois encore « Synchro Anarchy » sort des sentiers battus et présente des ambiances inédites.

Entrer dans l’univers tortueux et unique de VOIVOD est autant une aventure qu’un exercice ardu, car rien chez les Nord-Américains n’est lisse ou conforme, mais affiche plutôt un caractère bien trempé basé sur une technique imparable, des références pointues et surtout une identité très forte. Et quatre ans après « The Wake », le groupe est resté instinctif, inspiré et même aspiré par le cosmos.

En effet, « Synchro Anarchy » peut se concevoir comme un road-trip spacial, la découverte d’un monde intersidéral à la fois hostile, terrifiant, chaotique et souvent planant et trippant. VOIVOD se remet sans cesse en question à travers des titres peu conventionnels (« Planet Eaters », « Mind Clock »). Toute en relief, la production de ce nouvel opus est renversante et le combo bouscule tout sur son passage. Stupéfiant !

Catégories
Post-HardCore Progressif

Rolo Tomassi : au-delà des perceptions

Magnifique et monstrueux, tel pourrait se résumer le nouvel album de ROLO TOMASSI. Aussi contrasté qu’intelligent, « Where Myth Becomes Memory » brise les codes et élève le jeu des Britanniques à un niveau exceptionnel. Entre un post-HardCore pesant et fulgurant et des parties plus douces et aériennes, le quintet évolue dans des sphères musicales où peu de groupes osent s’aventurer.

ROLO TOMASSI

« Where Myth Becomes Memory »

(MNRK Music Group)

Quatre ans après l’excellent « Time Will Die And Love Will Bury It », les Anglais récidivent avec un successeur largement aussi bon. Décidément chez ROLO TOMASSI, on ne fait jamais rien à moitié. Toujours aussi précis et pointu, le quintet œuvre dans un registre qui n’appartient qu’à lui, entre un Post-HardCore ravageur et des éléments plus Pop, Progressif et Electro. 

Ici encore, les codes et l’intention sont les mêmes : un savant mélange de rage et de mélodies qui se distingue par une technique imparable et parfaitement dosée et des arrangements extrêmement travaillés. Et on a beau le savoir, ROLO TOMASSI parvient encore à surprendre sur ce « Where Myth Becomes Memory » aérien et massif à la fois. Un contraste maîtrisé de bout en bout.

Guidés par la superbe et ensorceleuse voix d’Eva Spence à laquelle un growl puisant vient régulièrement donner le change, les Britanniques servent une ambiance souvent lourde (« Cloaked », « Drip », « Prescience »), mais toujours en alternance avec des morceaux presqu’apaisants. ROLO TOMASSI brouille les pistes pour livrer un album indispensable. Classieux !

Catégories
Hard 70's Progressif Psych

Obsidian Sea : une évasion vers l’authenticité

Riche et audacieux, ce nouvel et quatrième album d’OBSIDIAN SEA se présente avec sept morceaux très structurés qui dégagent un sentiment de liberté incroyable, dans un esprit un peu bluesy. « Pathos » joue sur les émotions et le trio bulgare, s’il peut paraître naïf de prime abord, sait se montrer particulièrement massif et même exubérant.

OBSIDIAN SEA

« Pathos »

(Ripple Music)

Petit à petit, OBSIDIAN SEA se fait une belle place dans un registre à la saveur Heavy vintage et sa place au sein de l’écurie Ripple Music y est bien sûr pour beaucoup. Le trio bulgare évolue et s’améliore au fil des albums, et « Pathos » vient confirmer toute cette expérience acquise depuis ses débuts en 2009 à Sofia.

Si la nationalité du groupe peut surprendre vu son registre, la surprise s’estompe très vite et dès les premières notes de ce quatrième album aussi créatif qu’inspiré. OBSIDIAN SEA sait pertinemment où il va, et le voyage musical exaltant proposé sur ce nouvel opus commence dès « Lament The Death Of Wonder ». Clair et efficace, le trio séduit.

Le Heavy Rock très 70’s du groupe offre des facettes qui surprennent et les Bulgares sont capables et font preuve de beaucoup de puissance, en contraste avec des envolées progressives et Psych (« Sisters », « Mythos », « The Revenants », « I Love The Woods »). Atypique, OBSIDIAN SEA se démarque avec élégance dans un registre très maîtrisé.