Catégories
edito

Exagératitude

Plus que quelques jours et tous les fans du monde entier, parce qu’il s’agit bel et bien de ça, vont enfin pouvoir découvrir les sept derniers morceaux du nouvel album de GOJIRA ! Croisons les doigts pour qu’il n’y ait pas de nouveau confinement, sinon vous allez tous découvrir le septième effort des Basques façon puzzle… Il faudra juste récoler les morceaux, puis les remettre dans l’ordre. L’ordre justement, parlons-en, car de la « Fortitude », il en faut pour supporter l’arrivée de ce disque, y compris pour la presse. Cela dit, il y a sûrement des passe-droits auxquels, justement, je n’ai pas le droit.

Il y en a des mystères autour de cet album. A tel point que celui-ci n’est disponible pour les journalistes qu’en streaming avec un lien qui expire au bout de dix jours. En ce qui concerne Rock’n Force, c’est normal… Je suis la fourmi à côté du grand costaud là-bas plus loin, mais quand même ! Parce qu’il faut savoir que les magazines nationaux (les costauds justement !) sont logés à la même enseigne : t’auras rien ! Du coup, en échangeant avec la maison de disques, j’ai d’abord cru à une blague (même si ce n’est pas le genre) et je me suis rendu à l’évidence.

Or, je n’aime pas me rendre ! Alors ok, je salue les deux nominations aux Grammy Awards américains pour la ‘meilleure performance Metal’ et le ‘meilleur album Rock’ pour « Magma » sorti il y a… cinq ans ! Mais que s’est-il passé ? Le groupe n’a rien gagné, si ? Pourquoi ce sympathique quatuor basque s’est-il transformé en Fort Knox ? Parole de Breton, ils ont été menacés par un groupuscule corse ou aveyronnais ? En tout cas, ça ne vient pas de chez nous, j’en suis presque sûr. GOJIRA, né ‘Godzilla’ rappelons-le, a-t-il pris peur ou est-ce la rançon d’un succès tant attendu qui les a perdu ? Ou autre chose… ?

Comparons ce qui est comparable bien sûr, mais c’est plus facile d’interviewer aujourd’hui des artistes qui ont vendu des millions d’albums que… GOJIRA qui en est loin. Et en 30 ans de métier, je peux même le jurer sur le médiator que m’a offert par Nuno Bettencourt, ou le maillot que m’a donné Mike Muir après une nuit à la maison ou même le t-shirt qu’a balancé Max Cavalera dans mon salon pour me remercier de l’avoir héberger ! Je le jure, bordel ! Et donc, il se passerait un truc au Pays Basque tellement énorme qu’il faille le garder à tout prix sous cloche ? Une bête qu’on n’ose pas laisser sortir ? Ça m’en a tout l’air en tout cas…

Sinon, Andy Wallace a fait le même taff que sur « Roots » (il y a 25  ans) et c’est une bonne chose. Côté surprise, c’est comme l’album : tout en évolution et progressivement. GOJIRA est très précisément là où l’on l’attend avec des compos solides et efficaces entre Groove Metal, Death et beaucoup de choses de Tom Morello. L’écoute en streaming étant ce qu’elle est (vous commencez à connaître mon amour pour cette pratique), c’est assez difficile de dire si « Fortitude » dépasse les attentes en termes de production et d’arrangements notamment. C’est du numérique bien écrasé, donc…

Alors, je ne sais pas encore si vous lirez une chronique de l’album sur Rock’n Force (c’est bien aussi de citer le nom au moins deux fois), mais une chose est sûre : tout le monde est persuadé que ce disque est fantastique, sinon on ne le protégerait pas à ce point-là… à moins que ! Peut-être que GOJIRA s’est fait prendre dans un engrenage qu’il ne maîtrise plus du tout ? En bon soldat du journalisme, j’aurais essayé. Aucun contact apparent, aucune possibilité de trouver un mail ou quelque chose d’autre… Et refus catégorique du label pour une interview. Alors les gars, répondez-moi et on en parle ensemble devant un verre d’Izzara de cet album ! Chiche ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.