Catégories
Hard Rock

Les doigts dans la prise !

2020 est une drôle d’année. Pas de concerts, peu de sorties de disques mais un retour massif des grosses locomotives Rock, Hard et autres. Et s’il y a bien un album que le monde entier (ou presque) attend de pied ferme, c’est le « Power Up » d’AC/DC. Effet d’annonce ou retour en grâce… Les deux, mon colonel !

AC/DC

« Power Up »

(Columbia/Sony)

C’est l’événement musical le plus attendu de cette fin d’année : le retour des mythiques AC/DC après six ans d’absence et un « Rock or Bust » assez moyen. Les Australiens vont-ils relever la tête et retrouver l’inspiration ? C’est toute la question de ce « Power Up », 17ème album du quintet. Les deux premiers singles, « Shot in the Dark » et « Realize », ont déjà tenus toutes leurs promesses, alors gageons qu’Angus Young et ses acolytes aient continué leur effort sur les 12 titres.

Avant toute chose, « Power Up » marque des retours très importants après le décès de Malcolm Young il y a trois ans. Tout d’abord, Brian Johnson a retrouvé toutes ses capacités vocales et ses sensations, et surtout la vraie rythmique d’AC/DC menée par Phil Rudd (batterie) et Cliff Williams (basse) rugit plus que jamais et cela s’entend ! Les morceaux sont hyper-groove et Brendan O’Brien récupère la production de ce nouvel opus. Méticuleux, il a su restaurer et respecter le son des Australiens en préservant leur héritage sonore.

Musicalement, n’ayons pas peur de le dire : « Power Up » est certainement le meilleur album d’AC/DC depuis… très longtemps ! Rock, bluesy et dynamique, Angus distille toujours autant de riffs qui tranchent dans le vif sur des morceaux taillés pour la scène (« Through the Mits of Time », « Kick You When You’ve Down », « Witch’s Spell »). Ces mêmes riffs dont il a le secret sont la force du combo depuis des décennies et on se plait à les retrouver (« Demon Fire », « System Down »).

Avec un Brian Johnson qui nous avait laissé dans l’incertitude d’un retour à son meilleur niveau, on sent presqu’un nouvel élan chez les Australiens. Pas un esprit de revanche mais plutôt un petit sourire en coin, histoire de rappeler qu’ils sont toujours là. Et grâce à des solos plein de feeling et assez peu expansifs, AC/DC use de ces vieilles recettes toujours aussi efficaces (« Money Shot », « Code Red »). Oui : le quintet retrouve son âme et son rang et avec le panache qu’on lui connait !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.