Catégories
Extrême

Dread Sovereign : Un air de fin du monde

DREAD SOVEREIGN n’a jamais fait dans la dentelle, et ce n’est pas le pourtant très addictif « Alchemical Warfare » qui dérogera à la règle. Le power trio irlandais a encore épaissi son Doom occulte avec une certaine délectation.

DREAD SOVEREIGN

« Alchemical Warfare »

(Metal Blade Records)

Depuis sa création en 2013, DREAD SOVEREIGN ne cesse de clamer à travers sa musique que le monde est condamné. Et pour son chanteur et bassiste Nemtheanga, désolé de sa prophétie, ce nouvel album vient annoncer en cette sombre période la fin du monde. Rien que ça ! Et les Irlandais semblent s’y être préparés.

Toujours aussi brut et rude, DREAD SOREREIGN loue le diable en l’homme en faisant l’éloge des cultes anciens dans un Doom crasseux, lourd et très Metal. La rencontre entre Venom et Motörhead se lit dans les titres de ce troisième album ténébreux aux odeurs d’abandon. « Alchemical Warfare » se traîne autant qu’il frappe.

Occultes et incisifs, les morceaux révèlent littéralement le fort potentiel et l’originalité du power trio de Dublin (« A Curse on Men », « The Great Beast We Serve », « Viral Tomb »). Ecorchés et virulents, les trois protagonistes se jouent du Doom comme du Heavy en toute inconscience et avec talent (« Nature Is the Devil’s Church », « You Don’t Move Me (I Don’t Give a Fuck) »). Les majeurs de DREAD SOVEREIGN sont levés !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.