Catégories
Heavy metal

Amoriello : une impulsion shred et médiévale

Le Heavy Metal aux couleurs médiévales et très shred semble avoir encore de beaux jours devant lui, si l’on se fit à ce très bon album. Mené par le guitariste Thomas AMORIELLO, « Phantom Sounds » fait la part belle aux guitares tout en laissant une place de choix aux chanteurs qui succèdent sur ce deuxième opus. Un brin épique, les riffs acérés sont légions et les morceaux très fédérateurs. Le Heavy Metal des Américains reste Old School, mais d’une grande fraîcheur.

AMORIELLO

« Phantom Sounds »

(Shredguy Records)

Ardent défenseur d’un Heavy Metal traditionnel et américain, le guitariste et compositeur Thomas AMORIELLO livre son deuxième album, après un premier effort éponyme en 2018. Technique et très shred dans l’esprit, le six-cordiste ne tombe pas pour autant dans une démonstration stérile, mais s’attache à distiller des riffs solides et des solos savamment exécutés. Mélodique et virtuose, « Phantom Sounds » est le résultat d’un travail livré par des musiciens très aguerris.

Autour d’un noyau dur composé de Giovanni Sena (Age Of Artemis) à la basse, Cameron Fleury (Terrorhorse) à la batterie, Anthony Stahl (DeadRisen) et Ariel Perchuk (Kenziner) qui se partagent les claviers, AMORIELLO a fière allure et l’expérience de ses membres se ressent dès les premières notes. « Phantom Sounds » est riche en musicalité et en arrangements, ce qui lui apporte beaucoup de volume.  

Preuve en est qu’il ne tire pas la couverture à lui, le guitariste a invité six chanteurs sur la moitié de l’album et il ressort une belle unité d’AMORIELLO. Sont présents Herbie Langhans de Firewind (« Villain »), Jim Rutherford de Power Theory (« Unruly King »), Piet Sielk d’Iron Savior (« Medieval Warrior »), Titta Tani d’Arthur Falone Stargazer (« Haunted »), Will Shaw (« Mach Fire ») et Melitza Torres de Liliumdust (« Candelabra »). Du beau monde pour un très bel album. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.