Catégories
Stoner/Desert

Stöner : cours magistral

Brant Bjork et Nick Oliveri ont retrouvé le chemin du (même) studio et, accompagnés par l’excellent Ryan Güt derrière les fûts, font jaillir avec STÖNER le meilleur de l’esprit du Stoner Rock. Gras, bluesy, punk et addictif, « Stoners Rule » est un modèle du genre. Tout en perpétuant la tradition, le trio américain s’engouffre dans une grande jam millimétrée et groovy.

STÖNER

« Stoners Rule »

(Heavy Psych Sounds Records)

On avait découvert le trio dans le volume 4 des « Live In The Mojave Desert » paru il y a quelques mois avec un set aussi endiablé que magique. STÖNER nous propose avec « Stoners Rule » la version studio de ses morceaux. C’est bien entendu à Joshua Tree au Rab Cabin et par Yosef Sanborn que l’album a été enregistré et il représente l’incarnation-même de l’esprit Stoner.

STÖNER, c’est bien sûr le grand Brant Bjork (ex-Kyuss, Fu Manchu) à la guitare et au chant, l’incomparable Nick Oliveri (Mondo Generator, ex-Kyuss, QOTSA) à la basse et au chant et l’excellent Ryan Güt à la batterie. Plus que complices, les trois musiciens se trouvent les yeux fermés à travers les sept titres de « Stoners Rule », qui ne devrait pas tarder à devenir un classique du genre.  

Grâce aux riffs épais de Brant Bjork, aux vrombissements et au groove de la basse de Nick Oliveri et à la frappe sèche et appuyée de Ryan Güt, c’est une véritable célébration que propose le power trio américain. Hypnotique et bluesy, STÖNER vient du désert, celui où hippies, metalheads et autres punks forment une même communauté, qui va au-delà de la musique, et « Stoners Rule » en est la personnification.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.