Catégories
Hard Rock

The End Machine : opération revival

Parfois la passion et l’enthousiasme ne suffisent pas. Malgré le talent et l’incontestable virtuosité de ses musiciens, THE END MACHINE, énième projet du guitariste George Lynch, ne soulève pas l’émoi qu’on aurait pu attendre de cette belle formation. Sorte de prolongement de feu-Dokken, le quatuor s’en donne à cœur-joie sur un « Phase 2 » un peu facile.

THE END MACHINE

« Phase 2 »

(Frontiers Music)

Sur le premier album éponyme de THE END MACHINE, on aurait presque pu croire qu’il s’agissait de Dokken, mais sans Don Dokken. En effet, George Lynch (guitare) et Jeff Pilson (basse) étaient accompagnés de Mick Brown (batteur et ex-Dokken) et de Robert Mason (Warrant, Lynch Mob) au chant. Entre temps, Mick a laissé les baguettes à Steve, son jeune frère, pour un « Phase 2 » dans un esprit très revival.

A la demande son label Frontiers Music, le combo a été invité à faire du Dokken, ou en tout cas quelque chose qui s’en approche. Et c’est plutôt réussi d’ailleurs. George Lynch n’a pas besoin de forcer son talent. Seul bémol, la production qui manque cruellement de brillance, de relief et de dynamique. L’album de THE END MACHINE donne l’impression de glisser une vieille K7 dans l’autoradio… c’est dire !

Musicalement, on replonge avec délectation dans les années 80/90 et un Hard Rock où chacun est à sa place et fait ce qu’il sait faire de mieux. N’ayant plus rien à prouver, le groupe  offre un « Phase 2 » en forme de cour de récréation où tout le monde à la banane. « Dark Divine », « Crack The Sky », « Plastic Heroes » ou « Scars » ne sont pas là pour révolutionner le genre, et pourtant THE END MACGHINE n’a rien de nostalgique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.