Catégories
Hard Rock

Kreek : taille patron

Nouveau venu sur la scène Hard Rock anglaise, KREEK s’est formé autour de l’ancien frontman de Bigfoot, Anthony Ellis. S’inscrivant dans un registre punchy et mélodique, le quatuor signe un très bon premier album, bénéficiant d’une grosse production, qui vient confirmer notamment le fort potentiel des britanniques.

KREEK

« Kreek »

(Frontiers Music)

Suite à son départ de Bigfoot, Frontiers Music n’a pas voulu lâcher le chanteur Anthony Ellis et bien lui en a pris. Revoici le frontman de retour avec KREEK, nouveau quatuor anglais de Hard Rock et un premier album éponyme qui fait plus que bien tenir la route. Il est même savoureux à plus d’un titre, à commencer par son line-up de jeunes et talentueux rockeurs, qui n’ont franchement pas froid aux yeux.

Gonflé à bloc, le groupe britannique livre dix titres pêchus, bien écrits et très mélodiques. Si on doit le très bion niveau de l’album à la prestation incroyable de son chanteur, KREEK doit aussi beaucoup à son guitariste Nick Clarke dont les riffs acérés et les solos électrisants apportent une vraie couleur aux morceaux (« At The Bottom Of Hell », « Missile »), le tout livré sur une production somptueuse.

L’autre point fort des Anglais réside dans le groove et la puissance de sa rythmique. Seb Sweet (batterie) et Lee Andrews (basse) se trouvent les yeux fermés et œuvrent dans une belle complémentarité (« Million Dollar Man », « Get Up »). Jeune et fougueux, KREEK semble avoir trouvé la formule et offre un relief réjouissant à son Hard Rock aussi vigoureux qu’accrocheur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.