Catégories
Fusion Rock US

Red Hot Chili Peppers : ci-gît un piment

A grand coup de teasing, de singles et d’annonces en tout genre, le gang de Los Angeles a annoncé son retour usant de tous les coups marketing possibles. Un line-up retrouvé et une longue attente : tous les ingrédients étaient réunis pour un évident couronnement. Seulement, les RED HOT CHILI PEPPERS en ont décidé autrement en livrant un « Unlimited Love » sans relief et sans saveur, provoquant ainsi un désamour illimité. Chronique d’une mort assumée.

RED HOT CHILI PEPPERS

« Unlimited Love »

(Warner Bros Records)

Six après « The Getaway », voici donc que les RED HOT CHILI PEPPERS sortent du bois. Même si on a déjà pu découvrir, avec plus ou moins de bonheur, les trois premiers singles issus de « Unlimited Love », à savoir « Black Summer », « Poster Child » et « Not The One », il restait encore 14 autres titres à supporter. Zut ! Je suis à découvert ! Car, ne tournons pas (comme le groupe) autour du pot plus longtemps, ce douzième album des Californiens est d’un ennui profond et presque pervers. La fougue et la créativité se sont tristement évaporées.

Pourtant, les astres semblaient être alignés avec le retour de la revanche de John Frusciante à la guitare, dix ans après son départ et le double-album « Stadium Arcadium ». Rick Rubin, grand artisan du son à la production, laissait aussi envisager le meilleur… et il a d’ailleurs fait un travail remarquable. Mais ça ne suffit pas. Les RED HOT CHILI PEPPERS sont la preuve vivante que l’accumulation de talents ne suffit pas. Loin de là… L’équation reste toujours la même : il faut avoir quelque chose à dire, et pas seulement à travers des textes interminables.

« Unlimited Love » nous balade au bout de l’ennui (« It’s Only Natural », « This Are The Ways », « Whatchu Thinkin’ ») nous mettant devant le fait accompli : le groupe a définitivement perdu de sa superbe. On peut de fait aussi s’interroger sur la nécessité de produire 17 morceaux (!) s’affalant sur 1h15. Un acharnement jusqu’au-boutiste auquel RED HOT CHILI PEPPERS ne nous avait pourtant pas (tout le temps) habitué. « Freaky Styley », « Mother’s Milk » et « Blood Sugar Sex Magik » semblent si loin et déjà d’un autre temps.     

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.