Catégories
Hard Rock Rock US

Duckwalk Chuck : cadence infernale

Les Hard Rockeurs norvégiens de DUCKWALK CHUCK vont-ils enfin obtenir une mise en lumière tant méritée après deux décennies d’activité ? C’est en tout cas tout ce que l’on peut souhaiter à ce fougueux combo de Hard’n Roll efficace, mélodique et bien rentre-dedans, car la performance livrée sur « Fired Up » est puissante, entraînante et sans compromis.    

DUCKWALK CHUCK

« Fired Up »

(Wormholedeath Records)

Malheureusement quasi-inconnus hors de leurs frontières, les Norvégiens de DUCKWALK CHUCK devraient avec ce nouvel album, qui sort chez Wormholedeath, faire parler d’eux bien au-delà de la Scandinavie. Fondé il y a plus de 20 ans, le quatuor est aujourd’hui au meilleur de sa forme et affiche un style musclé entre Hard Rock et Rock’n’Roll sur ce très bon « Fired Up ».

Bénéficiant d’une production solide et très bien équilibrée, ce quatrième album de DUCKWALD CHUCK fait une belle synthèse entre un style à la Motörhead et des groupes plus largement marqué US avec quelques nuances Southern façon ZZ Top. Les deux guitaristes rivalisent de riffs acérés et de solos vivifiants, alors que le bassiste et chanteur du combo soutient un batteur survolté.

Non sans une grosse dose d’une bonne humeur très communicative, les Scandinaves se présentent avec un opus qui sonne très live et qui est aussi direct que robuste (« All Fired Up », « It’s Only Rock’n’Roll », « Motor Madness », « Shut Your Lights », « I’m The Devil », « World On Fire »). DUCKWALK CHUCK donne envie qu’on le suive sans attendre dans son Hard’n Roll bien ficelé aux guitares aiguisées et entraînantes.

Catégories
Hard US Rock US

Dorothy : la voix à suivre

Très Rock et toujours aussi pétillante, la frontwoman Dorothy Martin sort le troisième album de son groupe, « Gifts From The Holy Ghost », où elle s’impose dans un Rock Hard US costaud. Ce nouvel opus de DOROTHY confirme une volonté et une ardeur plus que jamais évidentes. Déterminé et fédérateur, le combo affiche une fraîcheur percutante.

DOROTHY

« Gifts From The Holy Ghost »

(Roc Nation)

Avec un album de cette trempe, DOROTHY devrait asseoir de manière pérenne son statut de très bon groupe de Rock Hard US. Basé à Los Angeles et mené par sa frontwoman d’origine hongroise Dorothy Martin, le combo livre à nouveau un très bon opus entre puissance et délicatesse. Quatre ans après « 28 Days In The Valley », la chanteuse affirme son style.

« Gifts From The Holy Ghost » se distingue par un sentiment d’urgence qui le rend plus pêchu et plus rentre-dedans que ses deux prédécesseurs. Produit par le très expérimenté Chris Lord Alge (Avenged Sevenfold), les influences Rock, Heavy et bluesy de DOROTHY resplendissent et se fondent dans une unité que le groupe n’avait encore jamais atteint.

Avec le soutien de Keith Wallen, Jason Hook, Scott Stevens, Phil X, Trevor Lukather et Joel Hamilton, cette nouvelle réalisation se veut aussi solide qu’accrocheuse et la chanteuse prend une envergure nouvelle (« Beautiful Life », « Top Of The World », « Black Sheap », « Made To Die »). Entre punch et mélodies imparables, DOROTHY semble libérée et sur de bons rails.

Catégories
Fusion Rock US

Red Hot Chili Peppers : ci-gît un piment

A grand coup de teasing, de singles et d’annonces en tout genre, le gang de Los Angeles a annoncé son retour usant de tous les coups marketing possibles. Un line-up retrouvé et une longue attente : tous les ingrédients étaient réunis pour un évident couronnement. Seulement, les RED HOT CHILI PEPPERS en ont décidé autrement en livrant un « Unlimited Love » sans relief et sans saveur, provoquant ainsi un désamour illimité. Chronique d’une mort assumée.

RED HOT CHILI PEPPERS

« Unlimited Love »

(Warner Bros Records)

Six après « The Getaway », voici donc que les RED HOT CHILI PEPPERS sortent du bois. Même si on a déjà pu découvrir, avec plus ou moins de bonheur, les trois premiers singles issus de « Unlimited Love », à savoir « Black Summer », « Poster Child » et « Not The One », il restait encore 14 autres titres à supporter. Zut ! Je suis à découvert ! Car, ne tournons pas (comme le groupe) autour du pot plus longtemps, ce douzième album des Californiens est d’un ennui profond et presque pervers. La fougue et la créativité se sont tristement évaporées.

Pourtant, les astres semblaient être alignés avec le retour de la revanche de John Frusciante à la guitare, dix ans après son départ et le double-album « Stadium Arcadium ». Rick Rubin, grand artisan du son à la production, laissait aussi envisager le meilleur… et il a d’ailleurs fait un travail remarquable. Mais ça ne suffit pas. Les RED HOT CHILI PEPPERS sont la preuve vivante que l’accumulation de talents ne suffit pas. Loin de là… L’équation reste toujours la même : il faut avoir quelque chose à dire, et pas seulement à travers des textes interminables.

« Unlimited Love » nous balade au bout de l’ennui (« It’s Only Natural », « This Are The Ways », « Whatchu Thinkin’ ») nous mettant devant le fait accompli : le groupe a définitivement perdu de sa superbe. On peut de fait aussi s’interroger sur la nécessité de produire 17 morceaux (!) s’affalant sur 1h15. Un acharnement jusqu’au-boutiste auquel RED HOT CHILI PEPPERS ne nous avait pourtant pas (tout le temps) habitué. « Freaky Styley », « Mother’s Milk » et « Blood Sugar Sex Magik » semblent si loin et déjà d’un autre temps.     

Catégories
Hard US Rock US

The Hellacopters : high voltage

Fondamentalement Rock et sauvage, le style très affirmé et très appuyé de THE HELLACOPTERS a traversé les décennies pour renaître sur ce flambant neuf « Eyes Of Oblivion ». Le quintet suédois est toujours porté par un enthousiasme intact et une énorme envie. Du très bon Rock version Hard… et inversement !

THE HELLACOPTERS

« Eyes Of Oblivion »

(Nuclear Blast Records)

Fondé en 1994, l’histoire de THE HELLACOPTERS est assez étonnante. A la base de la formation, on retrouve Micke Andersson, qui fut batteur d’Entombed et qui est le guitariste et chanteur du quintet. Par la suite, les Suédois avaient mis un terme à leurs activités en 2008, pour se reformer en 2016 à l’occasion des 20 ans de leur premier album, « Superhitty To The Max ».

Depuis l’histoire continue et à la faveur d’une nouvelle signature chez Nuclear Blast Records, THE HELLACOPTERS livre son huitième album studio et « Eyes Of Oblivion » est une vraie pépite de Rock’n’Roll aux accents Hard et Sleaze. Un remède à la morosité, en somme ! Et l’énergie positive déployée sur les dix morceaux témoignent de la forme retrouvée du combo.

Comme le souligne son frontman, ce nouvel album reflète bien la carrière de THE HELLACOPTERS à travers le nombre de registres empruntés. Très Rock toujours, Metal à l’occasion ou Blues par moment, les Scandinaves n’éludent rien et n’en font qu’à leur tête. Ecrites récemment ou datant d’une dizaine d’années, les compos de « Eyes Of Oblivion » ont toutes un point commun : elles mettent le feu !

Catégories
Hard Rock Rock US

Warrior Soul : aux âmes perdues

Sauvage et déjanté, WARRIOR SOUL a en effet tout d’un groupe de guerriers. Kory Clarke, fondateur et leader du combo depuis plus de trois décennies, a une certaine idée du Hard Rock, qui irait des 70’s à notre époque avec quelques paramètres incontrôlables et parfois psychédéliques. Remuant à souhait ! Et la liberté, qui émane de « Out Of Bail », fait plus que plaisir à entendre.

WARRIOR SOUL

« Out On Bail »

(Livewire Records)

Cela fait des années que je suis les frasques de Kory Clarke, ancien batteur ayant officié chez les très bon Raging Slab, et de son groupe. Fondé à New-York en 1987, WARRIOR SOUL s’était rapidement fait un nom au début des années 90’s grâce à un Hard Rock pêchu et débridé, où le cogneur s’est emparé du micro pour devenir chanteur à part entière…. Tout en gardant ses baguettes en main.

Brut et sans concession, le combo s’articule aujourd’hui autour de Kory Clarke bien sûr, mais aussi de Dennis Post (guitare), de Christian Kimmet (basse) et des batteurs Ivan Tambac, John Besser et John Hogson. WARRIOR SOUL conserve ainsi une explosivité et une spontanéité, qui font de « Out On Bail » un album haut en couleurs et pour le moins percutant… à l’ancienne finalement !

Irrévérencieux et désinvoltes, les Américains s’inscrivent dans un Hard Rock très 90’s, aux frontières de l’Alternative et avec un côté Sleaze très urbain (« We’re Alive », « One More For The Road », « Cancelled Culture »). WARRIOR SOUL n’en fait qu’à sa tête et pourtant ce nouvel album est savamment orchestré (« End Of The World », « The New Paradigm »). Une bonne et vivifiante claque !

Catégories
Hard Rock Rock US

L.A. Guns : California rules

Toujours autour d’un Hard Rock fortement teinté de Rock US, L.A. GUNS fait son retour (enfin, l’un des deux !) avec un nouvel album sous le bras. Tracii Guns et Phil Lewis, principaux artisans de la formation, semblent avoir retrouvé de la vigueur et même de l’inspiration. « Checkered Past » reprend l’histoire où elle s’était arrêtée. Un nouvel élan que l’on doit peut-être aussi à un petit désir de revanche…  

L.A. GUNS

« Checkered Past »

(Frontiers Music)

Avec L.A. GUNS, il faut suivre ! Déjà parce qu’ils sont deux ! Après le split du groupe californien, il a fallu choisir son camp. Il y a celui du batteur Steve Riley, qui est loin d’être dépourvu d’intérêt, et bien sûr celui-ci du guitariste Tracii Guns et du chanteur Phil Lewis. Après un procès (forcément, c’est l’Amérique !), les deux parties semblent être tombées d’accord et l’ancien batteur du combo officiera désormais sous le nom de Riley’s L.A. Guns !

Bref, voici donc le troisième album studio du quintet, qui fait suite au navrant et désastreux live consacré à l’album « Cocked & Loaded ». Ca sentait presque la naphtaline. Alors, qu’en est-il de ce « Checkered Past » fraîchement livré ? Une chose est sûre, on retrouve l’énergie qui a forgé la légende des Américains, et ça fait plutôt plaisir à entendre. Très bien produit et affichant un son roots et authentique, on retrouve enfin L.A. GUNS à son niveau d’antan.

Musicalement, les gars de Los Angeles renouent avec ce son typiquement. Tracii Guns se montre très inspiré et au chant Phil Lewis fait le job avec justesse et conviction (« Cannonball », « Living Right Now », « Better Than You »). Et si finalement, ce procès n’avait pas eu du bon ? Les riffs sont costauds et les rythmiques aussi (« Dog », « Physical Itch »). En bref, L.A. GUNS a repris du poil de la bête et c’est une très bonne chose !

NB : Sorti à l’automne dernier, l’album de Steve Riley, également sous le nom de L.A. Guns, « Renegades » (Golden Robot Records), vaut lui aussi le détour. Plus nerveux et très Rock’n’Roll, on peut presque se demander lequel des deux groupes est le plus méritant et lr plus inspiré… J’ai ma petite idée là-dessus…

Catégories
Alternative Rock Rock US

Forth : newstalgia

Brian Forth, leader du groupe qui porte son nom, aurait pu trouver ses musiciens au Canada, son pays, mais c’est pourtant en Finlande qu’il est allé compléter son line-up. Racé et mélodique, le Rock US distillé sur ce troisième album éponyme de FORTH devrait séduire les aficionados de Rock Hard alternatif.

FORTH

« Forth »

(Secret Entertainment/Inverse Records)

Fan de Rock US, de Hard Rock et d’Alternative Rock, ce troisième album du quatuor FORTH devrait vous ravir tant il fait du bien. Certes, ce nouvel opus éponyme ne révolutionne pas le genre, et le groupe revendique même jouer un style qu’il qualifie lui-même de ‘Newstalgia’, ce qui est plutôt bien résumé. Traditionnel et moderne, « Frost » ne manque pas de piquant.

Fondé en 2010 par le chanteur et songwriter canadien Brian Forth, avec dans l’idée de mixer Hard Rock et Grunge, le Nord-Américain est allé trouver du renfort en Scandinavie et plus précisément en Finlande. Et FORTH est aujourd’hui composé de Tim Norrgrann (guitare), Kari Storckovius (batterie) et Mikael Söderbäck (basse), qui composent un quatuor de choc.

Après donc deux albums, « Road Stories » (2014) et « Captivity » (2019), qui ont reçu un bel accueil dans les charts finlandais, aux Etats-Unis, au Canada et en Espagne, FORTH a tous les atouts en main pour récidiver et assoir une stature réellement internationale, grâce aux très bons morceaux de cette nouvelle réalisation éponyme, d’ailleurs très bien produite.  

Catégories
Alternative Rock Rock US

Daughtry : back to Rock

Ce sixième album de DAUGHTRY vient sonner la fin de la récréation très mielleuse infligée par le chanteur américain depuis quelques temps. Avec « Dearly Beloved », le frontman à la voix incroyable renoue avec de puissantes rythmiques et d’énormes guitares, le tout sur une production exceptionnelle de bout en bout : l’un des albums de Rock US Alternatif le plus brillant depuis très longtemps.

DAUGHTRY

« Dearly Beloved »

(Dogtree Records)

Oui, je sais que sur ses deux derniers albums, Chris DAUGHTRY s’était perdu dans une sorte de soupe très Pop, acidulée, gavée de synthés et de mièvreries. Mais le garçon s’est repris et, sans tomber dans un Metal extrême non plus, renoue avec un Rock US Alternatif de bonne facture et percutant à souhait. Certes, l’Américain livre toujours des ballades très radio-friendly, mais beaucoup moins.

Nettement plus sombre et profond que sur les précédents albums, DAUGHTRY envoie un son lourd sublimé par une production cristalline et puissante : un vrai modèle du genre comme on n’en voit plus beaucoup. Apparu sur le « Live From Red Rocks » de Nickelback récemment avec le titre « Savin’ Me », le chanteur se rapproche cette fois encore de ceux qui ont été un exemple pour lui, et il excelle dans le domaine.

Accrocheurs et fédérateurs, les morceaux de « Dearly Beloved » mettent en valeur l’incroyable voix de DAUGHTRY, qui est plus convaincant que jamais (« Desperation », « World On Fire », « Heavy Is The Crown »). Imparable lui aussi, le mur de guitares est massif et écrasant… enfin ! Les titres s’enchainent et se font plus menaçants et efficaces (« Asylum », « Evil », « The Victim »). Ce nouvel album fait beaucoup de bien et c’est tout ce qu’on lui demande.

Catégories
Hard Rock International Rock US

Little Caesar : forever Rock [Interview]

LITTLE CAESAR fait partie de la légende du Rock Hard US, qui a ensoleillé le début des années 90 depuis sa Californie natale. Basé à los Angeles, le groupe n’aura malheureusement pas connu le succès dans la durée, malgré des débuts explosifs. Plus de 30 ans après, son leader et chanteur Ron Young est toujours en grande forme et a profité de la tournée européenne en cours pour répondre à quelques questions avant une halte parisienne, le 3 octobre prochain, qui s’annonce explosive.

– En sachant qu’on allait se parler, j’ai parcouru la discographie de LITTLE CAESAR qui a d’ailleurs bercé ma jeunesse, et je me suis dit que votre son et votre identité musicale étaient restés intactes. En fait, le groupe a bien résisté à l’épreuve du temps, non ?

Oui, merci, nous sommes restés très constants ! (Rires) Nous sommes un groupe de Rock assez classique et nous avons toujours gardé cette couleur. On touche aussi au Hard Rock avec des côtés bluesy et c’est probablement ça qui fait que notre musique ne change pas beaucoup.

– Parlons de l’actualité, vous êtes en ce moment en tournée en Europe. Ca n’a pas été trop compliqué à mettre en place en raison de la pandémie ?

Un petit peu quand même ! (Rires) En fait, il y a juste un festival où nous étions programmés qui a été annulé. Tu sais, on respecte toutes les règles, les précautions et nous nous plions à toutes les exigences. Mais le fait que les touristes américains ne puissent pas voyager nous a quand même compliqué la tache. Mais on met les masques, on se lave les mains… So, here we are ! (Rires)

– Si vous devez être ravis de retrouver vos fans, j’imagine que pour eux aussi, ça doit être un vrai plaisir de voir LITTLE CAESAR de retour sur scène ?

Oh oui, c’est incroyable ! Tu n’imagines même pas à quel point cela nous a manqué ! Le pire avec cette pandémie est d’avoir été privé de nos fans. Nous sommes un groupe de Rock et on n’est pas là pour jouer derrière des écrans. Durant l’été dernier, on s’est vraiment demandé combien de temps cela allait encore durer. On devenait fou ! La seule chose qui nous importait était de remonter sur scène. Heureusement, les choses se sont améliorées et nous avons pu recommencer les concerts. Et puis, il y a aussi nos équipes, les fans bien sûr, mais aussi tous les médias, etc… Mais je crois que cela nous a rendu plus fort au final.

– D’ailleurs, de quoi est composé votre set-list ? Vous y avez inclus quelques titres inédits, ou est-ce que vous jouez uniquement vos classiques ? Et est-ce qu’il vous arrive de la modifier suivant les concerts ?

On essaie de couvrir tous nos albums. C’est vrai qu’on joue un peu moins notre premier album, puisqu’on l’a déjà beaucoup fait. Il y a une grande liberté sur le choix des morceaux. Et nos fans ont leur chansons préférées aussi, alors on essaie de satisfaire tout le monde. Du coup, on leur demande souvent quel titre ils veulent écouter ! (Rires)  

– Justement, vous avez sorti « Eight » il y a maintenant trois ans. Est-ce qu’un nouvel album est en préparation et est-ce que tu pourrais nous en dire un peu plus ?

Oui, nous avons déjà commencé à composer de nouvelles chansons pour le prochain album. Nous n’avons malheureusement pas eu beaucoup de temps pour en écrire beaucoup, mais nous en jouons déjà certaines sur scène.

– « Eight » est un très bon compromis entre un Rock propre à la scène de Los Angeles avec un côté très bluesy, qui rend vos morceaux très attachants et sincères. C’est dans ce même registre que tu vois l’avenir musical de LITTLE CAESAR ?

Oui, je crois qu’on tient une bonne formule ! (Rires) En fait, on ne pose pas vraiment ce genre de questions, parce que c’est ce que nous avons toujours fait. On essaie avant tout de s’amuser et de garder cet esprit Rock. On n’a pas vraiment envie de faire autre chose finalement. C’est une expression qui vient de nous-mêmes, de notre feeling du moment et c’est vraiment ce que nous sommes.

– Depuis LITTLE CAESAR et quelques autres qui ont fait les belles heures du Rock et du Hard made in Los Angeles, il n’y a pas vraiment eu de relève. Comment l’expliques-tu ? La voie était pourtant toute tracée ?

C’est vrai qu’il y avait eu une réelle et très forte explosion de groupes made in LA. Malheureusement, ça ne collait plus avec ce qu’attendaient MTV et certaines radios à l’époque. C’est ça qui a tout foutu en l’air ! Les clubs aussi ont commencé à passer de la Dance Music, alors qu’il y avait d’excellents groupes ! Et ce n’est pas propre à Los Angeles, ça s’est passé un peu partout. Beaucoup de groupes ont du quitter L.A. pour être vus et entendus. On ne sait pas trop ce qui s’est réellement passé, car les groupes étaient bons et avaient de très nombreux fans. Il y avait une superbe vibration dans tout Los Angeles.

– Enfin avant de se séparer, qu’est-ce qu’on peut souhaiter à LITTLE CAESAR pour vous retrouviez la lumière de manière plus constante ?

Tu sais, juste de continuer à écrire de bonnes chansons, de faire de bons concerts et de garder ce merveilleux contact avec le public. On s’éclate vraiment avec les gars, c’est très excitant. C’est vrai qu’on est un vieux groupe et notre premier album a beaucoup marqué les gens. On veut continuer à distiller notre Hard Rock bluesy, tout en respectant les très bons groupes qui existent aujourd’hui.

LITTLE CAESAR fait escale en France, à Paris, le 3 octobre prochain. Le groupe se produira aux Etoiles (Paris, 10ème) à partir de 20h.

Catégories
Hard Rock Rock US

Wildstreet : sleazy et horrifique

De prime abord, WILDSTREET semble tout droit débouler de Californie et pourtant, c’est depuis New-York que le quintet compose et distille un Hard US Sleaze et Glam à souhait. Avec un petit côté horrifique qui tranche avec l’habituel style ensoleillé, les Américains se sont forgés une réelle identité et surtout un son très personnel. Troisième album et première signature avec ce « III » dont l’explosivité va vite se propager.

WILDSTREET

« III »

(Golden Robot Records)

Depuis 2006, WILDSTREET secoue l’underground new-yorkais grâce à un Hard US très Sleaze qu’on a d’ailleurs plutôt l’habitude d’entendre du côté de Los Angeles. Malgré deux précédents albums et une multitude de morceaux sortis uniquement sur le Net, le fougueux quintet à l’allure très Glam n’est toujours pas parvenu à traverser l’Atlantique, mais « III » devrait fortement y contribuer.

Alors qu’il évoluait jusqu’à présent en indépendant, le gang vient enfin de signer son premier contrat, ce qui devrait lui permettre de prendre la lumière et ce troisième album, chaud comme la braise, ne va pas laisser indifférent. WILDSTREET est fin prêt et même si « III » a été concocté entre 2018 et 2019, il sonne très actuel et n’a pas franchement pas à rougir face aux récentes productions, loin de là.

Ces dernières années, WILDSTREET a écumé les scènes de son pays aux côtés de grands noms et le moins que l’on puisse dire est que l’expérience accumulée lui a donné des ailes. Mixé par Jon Kaplan (Paul McCartney) et masterisé par Howie Weinberg (Def Leppard, Korn), « III » regorge de pépites et redonne ses lettres de noblesse à un style immortel (« Tennessee Cocaïne », « Mother », « Three Way Ride », « Midnight Children ») Un régal !