Catégories
Blues Southern Rock

Tinsley Ellis : le diable tout sourire

Sur la route depuis quatre décennies, le guitariste, chanteur et songwriter TINSLEY ELLIS fait rayonner le Southern Blues Rock avec maestria. Créatif et respectueux des traditions musicales sudistes, il livre une fois encore dix titres originaux de grande qualité et particulièrement bienfaisants sur ce superbe « Devil May Care ». Une classe intacte !

TINSLEY ELLIS

« Devil May Care »

(Alligator Records)

Tout dans le jeu de TINSLEY ELLIS transpire sa Georgie natale. Après le très bon « Ice Cream In Hell », le songwriter a profité de l’interruption de sa tournée et du confinement pour poser de nouveau les doigts sur sa belle collection de guitares, d’amplis et de claviers vintage. Et c’est depuis son home-studio que le bluesman a commencé à s’amuser et à composer ce superbe « Devil May Care ».

Dans le pas de ses héros d’adolescent que sont BB King, Allman Brothers Band et Freddy King notamment, TINSLEY ELLIS nous offre un vingtième album plein d’entrain et de chaleur dans lequel on sent véritablement le plaisir que prend l’Américain sur ses nouveaux morceaux (« One Less Reason », « Right Down The Drain », « Beat The Devil »). Son Southern Blues Rock résonne comme rarement à travers des guitares et des harmonies majestueuses.

Co-produit avec son complice de toujours, le claviériste Kevin Mc Kendree, et enregistré dans son studio à Franklin, Tennessee, « Devil May Care » atteint des sommets de finesse (« Stand Back », « Don’t Bury Our Love »). De chorus de guitares renversants à des solos incandescents, TINSLEY ELLIS joue sur sa fibre Southern comme une respiration naturelle. Accompagné par Steve Mackey (basse) et Lynn Williams (batterie), il rayonne autant que cet album.

Catégories
Blues Blues Rock

Carolyn Wonderland : Texan Blues touch

De sa voix enjouée et déterminée, CAROLYN WONDERLAND embarque tout son monde sur son passage. Songwriter confirmée et inspirée, elle n’a pas son pareil pour captiver et délivrer des mélodies endiablées et plus douces, à l’image de son Texas natal. Et « Tempting Fate » est un de ces albums dont on a bien du mal à se défaire.

CAROLYN WONDERLAND

« Tempting Fate »

(Alligator Records)

Malheureusement presqu’inconnue en Europe, la chanteuse et guitariste CAROLYN WONDERLAND fait pourtant partie des figures incontournables du Blues texan. Multi-awardisée et reconnue par ses pairs, l’Américaine signe son douzième album, « Tempting Fate », sur le légendaire label Alligator Records avec lequel, souhaitons-le lui, elle aura enfin une reconnaissance méritée.

Ce nouvel opus figure parmi les plus brillants de sa carrière tant il est surprenant, fougueux et authentique. L’implication de CAROLYN WONDERLAND est comme toujours totale et la production signée Dave Alvin offre beaucoup de caractère à ses compositions, tout en mettant en valeur ses invités. On retrouve avec plaisir Red Young à l’orgue, Cindy Cashdollar à la lap-steel et Jan Flemming à l’accordéon.  

Avec un songwriting très affûté, la Texane attaque sur un brûlant Boogie (« Fragile Peace And Certain War ») et une slide saignante avant d’enchainer sur un Shuffle très personnel (« Texas Girl And Her Boots »). Très à son aise sur un Blues langoureux ou une émouvante ballade Country (« Crack In The Wall »), CAROLYN WONDERLAND régale d’enthousiasme et de savoir-faire. Incontournable.

Catégories
Blues

Selwyn Birchwood : éclatant de vérité

Remarqué dès ses débuts pour sa technicité et surtout son feeling, le guitariste et chanteur américain SELWYN BIRCHWOOD brille une fois encore sur ce troisième album, « Living In A Burning House », au groove et à l’originalité imparable. Accrocheur et sensible, le bluesman se veut très contemporain, tout en respectant l’héritage de ses aînés, et affiche une touche très personnelle.

SELWYN BIRCHWOOD

« Living In A Burning House »

(Alligator Records)

Après avoir été le guitariste de Sonny Rhodes, SELWYN BIRCHWOOD s’est lancé en solo en 2014 avec « Don’t Call No Ambulance », puis «  Pick Your Poison » deux ans plus tard. C’est sur le prestigieux label Alligator Records que le Floridien livre son troisième album, gage de la qualité et du talent du musicien. Et produit par Tom Hambridge (Buddy Guy, Susan Tedeschi), « Living In A Burning House » est une fois encore très relevé.

Brillamment accompagné par le saxophoniste baryton Regi Oliver, l’expérimenté batteur Philip Walter, le bassiste Donald Wright et Walter May aux claviers, SELWYN BIRCHWOOD fait parler le groove et son feeling à travers un Blues teinté de Rock et de Soul. Joueur de lap steel, on retrouve ce son si particulier au fil de l’album, apportant beaucoup de fraîcheur à des morceaux d’une énergie folle et d’une grande authenticité.

Influencé par Buddy Guy, Muddy Waters et Jimi Hendrix, l’Américain a parfaitement réussi à se créer une réelle identité, très identifiable grâce notamment à sa voix grave, son jeu virevoltant et un humour très présent. Sur une belle dynamique, SELWYN BIRCHWOOD distille ses morceaux avec une envie communicative et contagieuse (« Freaks Come Out At Night », « Can’t Steal My Shine », « I Got Drunk Laid And Stoned », le morceau-titre et « Mama Knows Best », un duo endiablé avec Diunna Greenleaf). Réjouissant !