Catégories
Heavy metal Modern Metal

Liv Sin : brutale méditation

Quatre ans après son dernier opus, la Suédoise LIV SIN ressurgit avec son groupe pour un troisième effort, « Kali Yuga », qui n’a rien de méditatif, mais qui sillonne plutôt des sentiers explosifs et chaotiques. Intenses et compacts, ses nouveaux morceaux ne laissent aucun répit et libèrent une éclatante férocité.

LIV SIN

« Kali Yuga »

(Mighty Music/Target Group)

Après 13 ans et cinq albums avec Sister Sin, Liv Jagrell, alias LIV SIN, mène une carrière en solo dans laquelle elle semble épanouie. Depuis « Follow Me » (2017) et « Burning Sermons » (2019), la frontwoman monte en puissance et gagne aussi en assurance. Sur « Kali Yuga », il règne un air de folie où le Heavy Metal de la Scandinaves se fait d’une modernité très musclée.

Evoluant en quintet, la Suédoise a mis au point un style costaud basé sur des riffs massifs, une rythmique très percutante et un chant agressif et polymorphe. La chanteuse multiplie les expériences vocales en étant très pertinente et en évoluant dans des sphères qui empruntent autant à l’Alternative Metal qu’au Heavy le plus classique, façon King Diamond. LIVE SIN s’éclate !

Magistralement produit par Simon Johansson (Wolf) et Mike Wead (Mercyful Fate) sur un mix et un master signés Tue Madsen (At The Gate), « Kali Yuga » regorge de pépites comme « The Process », « King Of Fools », « I Am The Storm » ou « D.E.R. », sur laquelle apparaissent en guests Zak Tell (Clawfinger), Madeleine Liljestam (Eleine) et Wenderson D’Paula (Army Of Souls). LIV SIN sort l’artillerie lourde !

Photo : Post-Mortem Photography
Catégories
Dark Metal Metal Progressif Symphonic Metal

Sleeping Romance : dark feelings

Et si ce récent changement de chanteuse allait enfin permettre à SLEEPING ROMANCE de prendre son envol et d’acquérir cette stature plus imposante qui lui tend les bras et qui serait amplement méritée ? C’est en tout cas la question que l’on peut se poser à l’écoute de ce très bon « We All Are Shadows », qui navigue entre Metal Progressif et Symphonique avec un côté dark et moderne plus prononcé qu’à ses débuts.

SLEEPING ROMANCE

« We All Are Shadows »

(NoCut Entertainment)

Depuis un peu plus de dix ans, les Italiens nous ont habitués à un Metal Symphonique dans la veine d’Evanescence et de leurs compatriotes de Lacuna Coil, mais pour « We All Are Shadows », SLEEPING ROMANCE a apporté quelques ajustements à son registre. Plus sombre et plus lourd, ce troisième album voit tout d’abord l’arrivée de Lina Victoria au chant dans un  style très féminin et envoûtant, mais volontaire et solide.

Toujours mené de main de maître par Federico Truzzi (guitare, claviers, piano, production) qui a imposé une forte empreinte classique sur ces nouveaux titres, SLEEPING ROMANCE conserve son côté très mélodique, parfois parsemé de growls, où la douceur et la délicatesse de la nouvelle frontwoman font des merveilles. D’une grande fraîcheur et très coloré, les Transalpins se renouvellent avec brio.

Puissant et accrocheur, « We All Are Shadows » est probablement la réalisation la plus aboutie de SLEEPING ROMANCE. Un brin théâtral dans son approche, l’ensemble reste très groovy, Metal et entraînant. Les repères sont toujours présents et le quintet développe un jeu plus progressif, profond et peut-être aussi moins extravagant (« Smoke And Mirrors », « Stuck In Your Hand », « Ressemblance Of Light », « Haven »). Une parfaite transition.

Photo : Bianca Serena Truzzi
Catégories
Classic Hard Rock

Uriah Heep : pionnier et immortel

Magnifiquement produit par Jay Ruston (Anthrax, Black Star Riders, Steel Panther), « Chaos & Colour » vient rappeler ô combien URIAH HEEP a su imposer sa patte et influencer un nombre incalculable de musiciens en plus de 50 ans d’existence. Fondateur d’un Hard Rock aux contours progressifs avec quelques autres au début des années 70, le quintet n’a jamais dévié de sa trajectoire, et, mieux, réussit avec une facilité toute naturelle à nous faire encore vibrer.

URIAH HEEP

« Chaos & Colour »

(Silver Lining Music)

Contrairement à beaucoup de groupes dont je ne ferai pas la liste ici tant elle serait longue, URIAH HEEP est de ceux qui ne semble pas prendre une ride, ni lever le pied un seul moment et surtout, les très rares à pouvoir encore compter avec une créativité hors-norme. Certes, « Chaos & Colour » ne vient pas révolutionner le genre, mais l’énergie déployée et la technicité de ses membres font de la formation anglaise l’une des plus attrayantes du siècle passé toujours en activité.

A la tête de URIAH HEEP depuis 1969, le jamais-rassasié guitariste Mick Box et sa célèbre wah-wah insufflent une fois encore une dynamique très Hard aux nouvelles compositions avec ce côté intemporel, qui fait la force de URIAH HEEP depuis cinq décennies. A ses côtés, le chanteur Bernie Shaw et le claviériste Phil Lanzon, arrivés ensemble en 1986 dans l’institution, sont l’autre point de repère et la force distillés sur ce 25ème album. Classique bien sûr, mais toujours aussi relevé, le quintet bouillonne encore.

Grâce à sa rythmique exemplaire, Russell Gilbrook (batterie) et Dave Rimmer (basse), URIAH HEEP continue s’assumer avec brio l’aspect très positif de son répertoire sur des envolées guitaristiques incroyables, des refrains et des chœurs imparables et un clavier insaisissable. Les Britanniques n’ont pas changé de braquet et conservent cette envie des premiers jours (« Save Me Tonight », « Silver Sunlight », « One Nation, One Sun », « Closer To Your Dreams », « Fly Like An Eagle »). Progressif et Rock, ces géants restent toujours d’actualité.  

Photo : Richard Stow
Catégories
Groove Metal Nu Metal

Brain For The Masses : furious Esperanto

Le Portugal ne cesse de réserver de bonnes surprises en matière de Metal et BRAIN FOR THE MASSES vient renforcer cette belle scène émergeante au talent indéniable. Solide et massif, le quintet vient se loger quelque part entre Fear Factory, Linkin Park et Meshuggah en assumant pleinement la violence de son jeu et l’aspect très fédérateur de ses compos. Une sorte de Modern Metal en version organique et tout en finesse…

BRAIN FOR THE MASSES

« Monachopsis »

(Independant)

C’est assez rare que je chronique des EP, souvent faute de place et notamment aussi face à une quantité démentielle de sorties. Cependant, l’histoire de ce quintet portugais force le respect et surtout, « Monachopsis » est une très bonne réalisation de cinq titres d’une demi-heure intense où de nombreux courants du Metal viennent se bousculer intelligemment. BRAIN FOR THE MASSES fait une magnifique entrée en matière.

Obstinés, les Lusitaniens ont déjà six ans d’existence et même si ce premier effort ne sort qu’aujourd’hui, il a été enregistré en 2019, puis bloqué par cette satanée pandémie. Pourtant, ils n’ont jamais lâché l’affaire et « Monachopsis » montre beaucoup de dynamisme, de volonté et surtout un Metal virevoltant. Capable de nous transporter dans un Groove Metal massif et lourd, BRAIN FOR THE MASSES affiche bien d’autres envies.

Flirtant avec le Nu Metal, le Groove donc, mais aussi avec le Heavy et le Metal Progressif, le combo ne s’interdit rien et paraît même à l’étroit tant il est difficile à loger. Mélodique et puissant, BRAIN FOR THE MASSES livrent des titres aboutis, très bien structurés et que des arrangements soignés font bien respirer (« Bleak », « Seclusion », To Be Alive », « Stay Afloat »). Soutenu par une telle production, les portes semblent grandes ouvertes.  

Catégories
Doom International

Candlemass : roots of Doom [Interview]

Ce n’est pas exagéré de dire que « Sweet Evil Sun » est le meilleur album de CANDLEMASS depuis bien longtemps. D’une part parce qu’il légitime enfin Johan Längqvist comme frontman irremplaçable au sein du quintet suédois, mais aussi et surtout car la qualité des morceaux et l’excellente production de Marcus Jidell (d’Avatarium, groupe fondé par Leif Edling) font de ce treizième opus un modèle du genre… le Doom, dont les Scandinaves revendiquent la paternité. Mats ‘Mappe’ Björkman, guitariste et membre fondateur, fait le point sur l’actualité de CANDLEMASS et ce registre qu’il chérit tant.

– Avant de parler de l’album, j’aimerais qu’on dise un mot sur votre nomination aux Grammy Awards. C’est une belle consécration et au-delà de ça, c’est une très bonne chose que le Doom se démocratise enfin, non ?

Oui, c’est fantastique et pas seulement pour nous, même si cela nous appartient. Pour l’ensemble de notre carrière, c’est une énorme marque de respect et nous sommes vraiment ravis. Ce n’est pas quelque chose que nous avons cherché ou attendu. Ce n’était pas un objectif. C’est un sentiment très étrange et c’est aussi une très grande fierté, vraiment.

– Près de 40 ans après leur sortie « Epicus Doomicus Metallicus » et « Nightfall » sont toujours des modèles pour les nouveaux comme les plus anciens groupes de Doom. Même si Black Sabbath avait posé les bases, cela doit être assez incroyable de se dire que l’on est l’un des principaux créateurs d’un style et d’avoir un si bel héritage…

Oui, c’est génial ! Lorsque nous jouons ces morceaux, c’est incroyable de voir que le jeune public les connait presque tous par cœur, alors que ces mêmes fans n’étaient pas nés. C’est quelque chose qui nous rend très fiers. Parfois, j’ai même du mal à y croire. Dès le départ, nous l’avons fait pour eux à l’époque. C’est vrai qu’on peut nous comparer à Black Sabbath, bien sûr. Le style est aussi Metal et leurs premiers albums sont fantastiques. Mais le Doom est arrivé avec nous. Il y avait des prémisses dans les années 70 évidemment avec des tas de styles différents. Et quand nous sommes arrivés, on a commencé à appeler ça le Doom Metal, et c’était juste fantastique ! Bien sûr, Black Sabbath a beaucoup contribué à tout ça avec un jeu très lent. Et ensuite, CANDLEMASS a développé le style et à chaque fois, je suis surpris par l’impact que cela a eu.

– A la sortie de « Sweet Evil Sun », tu as dit qu’il s’agissait d’un retour aux sources pour CANDLEMASS. Or, je n’ai pas l’impression que vous vous en soyez éloignés au fil du temps. Alors qui a-t-il de si différent sur ce nouvel album, selon toi ?

Je pense qu’il représente un condensé de ce qu’est CANDLEMASS. Il n’y rien de nouveau, mais nous allons toujours dans la même voie, celle que nous suivons depuis nos débuts. C’est vrai que nous avons toujours joué le même style, mais nous avons adapté les formats et les sonorités aux époques que nous avons traversées. Peut-être que « Sweet Evil Sun » a des sonorités et des intentions qui se rapprochent plus de nos débuts. Cela dit, ce serait stupide de vouloir refaire les mêmes albums. Nous évoluons en permanence, mais dans une certaine continuité également. L’album est très Heavy avec des mélodies : il y a tout ce qu’est CANDLEMASS. C’est quelque chose dont nous sommes fiers !

– Est-ce que cela a aussi à voir avec le fait que CANDLEMASS retrouve son line-up de 1987, la grande époque du groupe ?

Oui bien sûr, cela a certainement joué, c’est vrai. Nous avons souvent changé de chanteur, mais nous avons toujours fait la même musique. Nous nous sommes dit effectivement que c’était le bon moment pour Johan (Längqvist – NDR) de nous rejoindre. Nous lui avons donc demandé de revenir.

– C’est aussi le deuxième album consécutif avec lui au chant. Finalement, c’est bel et bien le meilleur chanteur que CANDLEMASS ait eu, le plus en phase avec la musique du groupe, non ?

Je pense que dans un certain sens, les autres étaient très bons aussi. Tous ont apporté quelque chose de vraiment bénéfique à CANDLEMASS et de très belle manière. Mais c’est vrai que Johan vit vraiment ce qu’il chante, il est imprégné de Doom. Il est de retour depuis 2016 maintenant et il est le chanteur qui a eu le plus d’impact dans le groupe. C’est certain qu’il est génial pour CANDLEMASS, et il est une partie de nous. Au départ, il ne voulait pas revenir pour des raisons personnelles et il pensait que ce n’était pas non plus le bon moment. Mais maintenant, le timing est parfait pour ce que nous souhaitons faire. Oui, c’est sans conteste le meilleur chanteur de CANDLEMASS, sans aucun doute.

– D’ailleurs, l’ensemble de « Sweet Evil Sun » est très fluide, on sent une réelle unité et une grande complicité entre vous. Avez-vous pris plus de plaisir à l’enregistrement ? Et est-ce que Johan a participé plus activement à l’écriture de son côté ?

Non, pas vraiment… C’est toujours Leif (Edling, bassiste et fondateur – NDR) qui décide de tout ! (Rires) D’ailleurs, il fait presque tout, mais ce n’est pas un dictateur : nous faisons les choses ensemble ! Mais Johan était avec nous en studio, ce qui n’était pas arrivé depuis des années et il a aussi donné ses idées sur les morceaux. Et Leif l’a laissé faire. Il y avait un réel esprit d’équipe, tout le monde a travaillé ensemble sur l’album. Chacun a pu apporter sa pierre à la musique de CANDLEMASS. Nous sommes un groupe vraiment uni, comme des frères. C’est vrai que cela faisait longtemps que Johan n’était pas resté avec nous aussi longtemps et je peux l’entendre sur le disque. Nous sommes une équipe ! 

Mats ‘Mappe’ Björkman lors du Festival « Metallian Birthday Party » célébrant les 30 ans du magazine en mai dernier par Melissa Beugnies Photography.

– Je trouve que « Sweet Evil Sun » est un album sombre, mais aussi très mélodique. Est-ce que tu penses que c’est peut-être aussi l’album le plus accessible de CANDLEMASS ?

Mouais… C’est quelque chose que plusieurs amis m’ont aussi dit. C’est vrai qu’il est très bien produit, il est très Doom aussi, très roots et très ancré dans notre époque également. C’est très difficile de le comparer à d’autres. C’est vrai aussi qu’il a déclenché pas mal de choses comme cette nomination aux Grammy Awards. Et puis, les retours des médias sont très, très bons. Il nous a peut-être permis d’accéder à certaines nouvelles choses, mais cela reste incontestablement du CANDLEMASS !  

– Pour conclure, j’aimerais que tu me donnes ton impression sur la scène Doom actuelle qui s’étend du Metal au Rock en passant par le Stoner. Une fois encore, vous avez fait des émules et dans beaucoup de styles. Ca doit être aussi une grande fierté, j’imagine ?

Oui, bien sûr, et c’est génial ! Je suis très attentif à la scène Doom actuelle, qui va même jusqu’au Black Metal. J’ai beaucoup de respect pour tous ces groupes, car ce qu’ils font est unique. Et la scène Doom est en train de devenir une entité à part entière. Si l’on compare le Doom actuel avec les débuts, elle n’a plus rien à voir. Elle s’est considérablement élargie. Avec Black Sabbath et Trouble, nous sommes à l’origine du Doom Metal et une influence majeure. Les groupes d’aujourd’hui se construisent autour de ça en faisant des choses très différentes. Par exemple, beaucoup d’entre eux jouent très lentement… très, très lentement ! (Rires) Nous, nous sommes un groupe de Metal et c’est vrai que notre empreinte est partout. C’est vraiment fantastique ! 

Le nouvel album de CANDLEMASS, « Sweet Evil Sun », est disponible chez Napalm Records.

Et retrouvez la chronique de l’album :

Catégories
Metal Progressif

Threshold : une confiance impressionnante

Toujours audacieux et musclé, le Metal Progressif de THRESHOLD prend de l’âge, mais ne vieillit pas. Avec des musiciens au sommet de leur art, le quintet montre une force hors du commun où la puissance côtoie l’émotion dans une symbiose mélodique et technique imparables. Les Anglais frappent fort avec ce très bon « Dividing Lines ».

THRESHOLD

« Dividing Lines »

(Nuclear Blast Records)

Malgré quatre décennies d’efforts et de très bons albums, THRESHOLD n’a jamais atteint une plus grande notoriété, alors qu’il a toujours bénéficié d’un important succès d’estime. Talentueux et créatifs, les Britanniques ne baissent pourtant pas les bras et « Dividing Lines » vient confirmer sa grande capacité à se renouveler, sans jamais tomber dans la facilité.

L’un des atouts incontestables du quintet est sans aucun doute le retour de son ancien chanteur, Glynn Morgan, présent depuis le précédent opus « Legends Of The Shires » (2017). Mieux, THRESHOLD semble avoir repris du poil de la bête, tant cette douzième réalisation est d’une vigueur et d’une vivacité présentes sur dix titres aussi puissants que mélodiques.

Dès « Haunted », le groupe se montre solide et plus sombre, la faute sans doute à une époque et un monde en plein doute. Mais THRESHOLD en tire le meilleur et met parfaitement en avant des solos de guitares lumineux et des parties de claviers très inspirées (« Let It Burn », « The Domino Effect », « Run », « Defence Condition »). Très costaud !

Catégories
Metal Progressif

Soen : un écrin musical

Presque méditatif et d’une rare sensibilité, SOEN se présente avec « Atlantis », une nouvelle réalisation live enregistrée dans le légendaire studio du même nom dans la capitale suédoise. Accompagné de musiciens classiques, les morceaux issus de la discographie du groupe prennent ici une dimension et un relief d’une grande profondeur.

SOEN

« Atlantis »

(Silver Lining Music)

En dix ans de carrière, les Suédois n’ont eu de cesse de surprendre et surtout de sublimer leur Metal Progressif. Après cinq opus d’une égale intensité, SOEN se renouvelle à nouveau avec « Atlantis », du nom du mythique Studio Atlantis Grammofon, situé à Stockhölm. Cet ancien cinéma a vu passer de grands noms, c’est pourquoi le quintet a tenu à y enregistrer un disque très spécial.

Capté le 10 décembre 2021 (il sort aussi en DVD), « Atlantis » se présente sous la forme d’un concert de 80 minutes particulièrement immersif et, bien sûr, sans public vu le lieu. A travers 13 morceaux, SOEN parcourt ses albums en revisitant leurs titres les plus emblématiques accompagné d’un orchestre classique pour encore plus d’élégance. Et le résultat est plus que convaincant, il est captivant.

C’est donc entouré de huit musiciens, dont deux chanteuses, que le groupe fondé par le batteur Martin Lopez livre des versions d’une rare beauté de « Monarch », « Lucidity », « Antagonist » ou « Jinn ». SOEN rayonne littéralement et parvient même à donner de la grâce à « Snuff » de Slipknot, un sacré défi. Au chant, Joel Ekelöf est étincelant et la grande technicité des Scandinaves fait le reste. Majestueux !

Catégories
Doom Heavy metal

Candlemass : l’essence du doom

Sinistre, théâtral ou hargneux, le Doom de CANDLEMASS agit toujours comme par magie et comme au premier, où ses fondations prenaient forme sur un « Epicus Doomicus Metallicus » devenue la référence du genre. Et c’est justement sur leurs racines que se sont penchés les Suédois usant de la force et de la précision qui ont forgé leur légende.

CANDLEMASS

« Sweet Evil Sun »

(Napalm Records)

En phase de boucler leur quatrième décennie d’existence, les Suédois continuent sur leur lancée et c’est sous le line-up établi en 1987 qu’ils présentent le massif « Sweet Evil Sun », leur treizième album studio. Grand architecte du Doom, CANDLEMASS n’est toujours pas à bout de souffle et il faut reconnaître que le retour de son chanteur Johan Längquist depuis l’opus précédent fait beaucoup de bien.

Sans surprise mais toujours aussi imposant, le Doom des Scandinaves libère de multiples atmosphères très prenantes et d’une lourdeur écrasante. Grâce à la production très organique de Marcus Jidell (guitariste d’Avatarium, groupe créé par Leif Edling), « Sweet Evil Sun » fait trembler les murs tout en évoluant dans les brumes épaisses du Heavy Metal tellement identifiable de CANDLEMASS.

Toujours guidé par son leader, fondateur et bassiste Edling, le quintet peut compter sur la frappe et le groove de Jan Lindh (batterie). Cependant, c’est le travail effectué sur les guitares qui transcende ces nouveaux titres. Les riffs de Mats Björkman combinés aux solos sauvages de Lars Johansson donnent ce relief si particulier à CANDLEMASS depuis 38 ans maintenant.

Quant à « Sweet Evil Sun », il nous ramène en partie aux premières heures du groupe. Dès « Wizard Of The Vortex », la puissance se fait sentir tout comme sur le morceau-titre. CANDLMEMASS délivre majestueusement son Doom épique sur « Scandinavian Gods » et sur « When Death Sighs », où la chanteuse Jennie-Ann Smith d’Avatarium méritait bien plus que quelques mots sur le refrain. Pas essentiel, mais solide.

Photo : Linda Åkerberg
Catégories
Doom Heavy metal

Doomocracy : noirceur hellénique

D’une grande finesse dans la composition comme dans la technicité à l’œuvre tout au long de « Unorthodox », DOOMOCRACY livre son album le plus abouti à ce jour. Très travaillé, le Doom Metal des Grecs se montre d’une grande modernité, sans pour autant renier des influences majeures, perceptibles, mais discrètes. Avec ce troisième opus, le combo impose une belle et soignée dramaturgie, parfaitement mise en valeur par une très bonne production.

DOOMOCRACY

« Unorthodox »

(No Remorse Records)

C’est sous le soleil de Crète que DOOMOCRACY a vu le jour en 2011, offrant un regard neuf sur le Doom Metal. Moderne et Heavy, le quintet trouve sa place entre Candlemass et King Diamond avec un côté véloce et technique. Après deux albums salués et reconnus (« The End Is Written » – 2014 et « « Visions & Creatures Of Imagination » – 2017), les Grecs montent encore d’un cran, grâce à un jeu puissant et précis et des atmosphères raffinées.

Axé sur le thème de la persécution religieuse au XVIème siècle, l’album-concept de DOOMOCRACY révèle un talent d’écriture évident basé sur une belle maîtrise du contexte et une interprétation irréprochable. Ténébreux et épique, « Unorthodox » s’articule sur un Heavy Metal traditionnel très Doom, forcément, avec aussi quelques sonorités progressives servant de tremplin à une avalanche de riffs solides et acérés.

Ce troisième opus dévoile des titres imparables (« Eternally Lost », « The Spiritualist », « Our Will Be Done »). DOOMOCRACY se fait aussi plaisir sur le dernier morceau, « Catharsis », où Mike Wead (King Diamond, Mercyful Fate, Memento Mori) livre un solo époustouflant. Et on notera aussi la présence sur quatre titres de Miguel Robaina (ex-Memento Mori) aux claviers et à la flûte sur ce même titre. Une valeur sûre.

Catégories
Heavy Psych Rock Stoner Rock

Void Cruiser : transcender l’infini

Entraîné par des guitaristes rivalisant de fuzz, un chanteur pleinement libéré et ténébreux et une rythmique assommante, VOID CRUISER parvient à faire jaillir un groove surpuissant sur des mélodies ténébreuses, parfois lugubres, dans une quête effrénée d’espoir et d’une luminosité qui se fait pourtant rare dans ce Stoner Heavy Psych, où la mesure et la tempérance n’ont pas leur place. « Call Of The Void » appelle à un lâcher-prise sans retenue.

VOID CRUISER

« Call Of The Void »

(Argonauta Records)

Depuis un peu plus d’une décennie maintenant, les Finlandais de VOID CRUISER assènent leur Stoner Heavy Psych avec une progression qui se lit au fil des albums. S’il reste quelques réminiscences du Grunge très 90’s qui a été la base de son jeu sur « Overstaying My Welcome » sorti en 2015, le quintet lorgne aujourd’hui sur un style plus efficace, direct et massif qu’auparavant. Une manière d’affirmer une puissance qui déborde sans relâche sur ce nouvel opus à l’esthétique sonore très travaillée.

Car, ce qui impressionne dès les premières notes de « Dragon’s Tail » qui ouvre les hostilités, c’est cette incroyable férocité portée par un chant à la fois agressif et mélodique qui surprend. VOID CRUISER sait comment emporter l’auditeur dans un registre très maîtrisé. L’imposante rythmique basse/batterie donne le ton à des morceaux qui cognent en emportant tout sur leur passage. Pourtant le quintet joue avec les atmosphères, comme pour mieux nous guider dans son monde tortueux.

Les titres de « Call Of The Void » dépassent tous (ou presque) les six minutes et il est parfois même difficile de reprendre son souffle. Mais VOID CRUISER sait aussi imposer des ambiances plus mélancoliques et envoûtantes (« Wiser Man », « When Gravity Pulls »). L’autre marque de fabrique du groupe est ce mur de guitare implacable, épais et qui frôle parfois même la saturation (« Happiness », « Woe », « Pariah »). A noter aussi le groove massif de ce troisième album qui libère des compos souvent sombres, mais captivantes.