Catégories
Post-Metal Progressif

Noorvik : à travers les torpeurs antiques

Entre un Heavy massif et un post-Rock tout en finesse, le post-Metal de NOORVIK se veut aussi singulier que créatif. Entièrement instrumental, « Hamartia » est le troisième album du quatuor allemand et il a pour concept la Grèce antique et sa mythologie à travers un environnement pourtant très moderne. Une immersion saisissante.  

NOORVIK

« Hamartia »

(Tonzonen Records / Soulfood Music)

Originaire de Cologne en Allemagne, NOORVIK continue son périple post-Metal dans un registre instrumental très expressif. Après un premier album éponyme en 2018 et « Omission » l’année suivante, le quatuor livre un troisième opus très organique et particulièrement dense. Le groupe s’aventure à chaque fois dans une thématique différente, et celle-ci est moins glaciale que les précédentes.  

C’est une plongée dans la mythologie grecque que présentent les Allemands avec ce très bon « Hamartia », qui s’étend sur pas moins de 70 minutes. Intense et progressif, le style de NOORVIK lui permet d’évoluer dans des ambiances presque opposées à chaque fois. Sans être trop atmosphérique, la formation joue à travers ses nouveaux morceaux sur une épaisseur musicale très maîtrisée.

Dès « Tantalos », dont le titre donne son concept à l’album, NOORVIK déploie un univers où les riffs sont appuyés et acérés, puis laissent place aux mélodies le temps de s’installer avec des passages plus tempérés, mais toujours captivants (« Hybris », « Ambrosia », « The Feast », « Tartaros »). L’antiquité grecque a donc nourri le quatuor germanique, qui avance dans une unité de sonorités musicales solides.

Catégories
Extrême Heavy metal Progressif

Ultimatium : le monde 2.0

La horde des huit Finlandais qui forme ULTIMATIUM s’abat pour la quatrième fois avec un opus Power Progressif costaud, inventif et dynamique. Ce nouveau concept-album se veut futuriste façon jeu vidéo vs réseaux sociaux  et, sur plus d’une heure, présente une diversité marquée d’une atmosphère très dark.

ULTIMATIUM

« Virtuality »

(Rockshots Records)

Commençons par les présentations car ULTIMATIUM est composé de huit musiciens réunis autour d’une entité Power progressive, qui compte dans ses rangs Peter James Goodman (Conquest, ex-Virtuocity), Jukka Nummi (ex-Myon), Emily Leone, Tomi Viiltola (ex-Dreamtale, Perpetual Rage, Viilto) et Matti Auerkallio (Katra, Mangaza, Soulfallen). Autant dire que ça joue vite, bien et fort.

Avec pas moins de cinq chanteurs principaux, le collectif scandinave propose son quatrième album, « Virtuality », très puissant et progressif. Ce nouvel opus est basé autour du concept du monde virtuel et notamment des dangers que représentent les réseaux sociaux. ULTIMATIUM a conçu douze titres qui nous plongent dans cet univers plein des dangers que provoque une exposition à outrance.

Musicalement, les Finlandais manient avec brio des moments forts (« Vengeance », « Dark Cold Play », « Scream ») avec des titres plus longs et développés sur des plages oscillant entre 9 et 12 minutes (« Mindcaptives », « Digital Tower », « Together »). Avec un chant rappelant feu-Ronnie James Dio, ULTIMATIUM pose de belles compositions évoquant parfois même Dream Theater et Symphony X, dans le bon sens du terme.