Catégories
Hard US Rock US

The Hellacopters : high voltage

Fondamentalement Rock et sauvage, le style très affirmé et très appuyé de THE HELLACOPTERS a traversé les décennies pour renaître sur ce flambant neuf « Eyes Of Oblivion ». Le quintet suédois est toujours porté par un enthousiasme intact et une énorme envie. Du très bon Rock version Hard… et inversement !

THE HELLACOPTERS

« Eyes Of Oblivion »

(Nuclear Blast Records)

Fondé en 1994, l’histoire de THE HELLACOPTERS est assez étonnante. A la base de la formation, on retrouve Micke Andersson, qui fut batteur d’Entombed et qui est le guitariste et chanteur du quintet. Par la suite, les Suédois avaient mis un terme à leurs activités en 2008, pour se reformer en 2016 à l’occasion des 20 ans de leur premier album, « Superhitty To The Max ».

Depuis l’histoire continue et à la faveur d’une nouvelle signature chez Nuclear Blast Records, THE HELLACOPTERS livre son huitième album studio et « Eyes Of Oblivion » est une vraie pépite de Rock’n’Roll aux accents Hard et Sleaze. Un remède à la morosité, en somme ! Et l’énergie positive déployée sur les dix morceaux témoignent de la forme retrouvée du combo.

Comme le souligne son frontman, ce nouvel album reflète bien la carrière de THE HELLACOPTERS à travers le nombre de registres empruntés. Très Rock toujours, Metal à l’occasion ou Blues par moment, les Scandinaves n’éludent rien et n’en font qu’à leur tête. Ecrites récemment ou datant d’une dizaine d’années, les compos de « Eyes Of Oblivion » ont toutes un point commun : elles mettent le feu !

Catégories
Metal Progressif Rock

Poverty’s No Crime : le vertige des sommets

Réellement investi et impliqué dans sa musique, POVERTY’S NO CRIME est de ces groupes qui prend son temps pour livrer de bons et beaux albums. Et « A Secret To Hide » ne faillit pas à la règle que suit assidûment le quintet allemand. Une fois encore, le groupe s’amuse avec le Progressif, qu’il soit Rock ou Metal, avec une brillante fluidité.

POVERTY’S NO CRIME

« A Secret To Hide »

(Metalville Records)

En 30 ans de carrière, POVERTY’S NO CRIME s’est forgé une solide réputation et ce huitième album vient confirmer l’assise du groupe dans un registre parfaitement maîtrisé. Si seulement cinq ans séparent «  A Secret To Hide » de « Spiral Of Fear » (ce qui est assez court pour le groupe), les Allemands livrent un très bon opus où se mêlent Rock et Metal Progressif. Suite à une tournée couronnée de succès avec Psychotic Waltz, le quintet est toujours aussi explosif.

Depuis ses débuts, POVERTY’S NO CRIME passe du Rock au Metal Progressif avec un savoir-faire et une créativité qui ont forgé son style si personnel et identifiable. D’une liberté sans faille, les Allemands font la jonction entre les époques avec des passages instrumentaux accrocheurs et aussi rentre-dedans qu’aériens. Avec Volker Walsemann (guitare, chant) en pleine forme, « A Secret To Hide » recèle de détails et d’arrangements tout en finesse et très soignés.     

La particularité de ce nouvel album réside aussi dans le fait qu’aucun membre du groupe ne s’est rencontré durant la phase d’écriture. POVERTY’S NO CRIME s’en amuse aujourd’hui expliquant que cela les a même poussé dans ses retranchements. Résultat, un mur du son infranchissable, une rythmique impressionnante et un frontman qui régale de facilité (« Hollow Phrases », « In The Shade », « Schizophrenic », « Grey To Green », « Within The Veil »). Un grand album ! 

Catégories
Stoner/Desert

Greenleaf : rêveries hallucinatoires

Les cadors du Stoner Rock Suédois se sont servis de la situation bloquée de 2020 pour composer et enregistrer « Echoes From A Mass », un album taillé dans la roche la plus dense. Avec Karl Daniel Lidén aux manettes, un ancien de la maison, GREENLEAF a mis tous les atouts de son côté pour cet atomisant huitième opus.

GREENLEAF

« Echoes From A Mass »

(Napalm Records)

Avec les rééditions de trois albums cultes de Dozer et la récente sortie d’un EP, « Vultures », par le label italien Heavy Psych Sounds Records (Merci !), on n’attendait pas forcément de si tôt GREENLEAF avec un nouvel opus. Et pourtant, c’est avec ce très bon « Echoes From A Mass » que Tommi Holappa et sa bande se présente et, une fois encore, les quatre Suédois sont toujours aussi inspirés et leur Stoner parfaitement huilé.

Le successeur du très bon « Hear The Rivers » sorti en 2018 est nettement moins Doom, mais le rouleau compresseur scandinave reste toujours aussi puissant et il magnétise. Avec au chant un Arvid Hällagård dont la voix captive et hypnotise, GREENLEAF semble s’orienter vers un Stoner Rock musclé rappelant les belles heures de Dozer. Mais le quatuor affiche son identité et elle est très personnelle.

Le grondement et la frappe du batteur Sebastian Olsson se fondent dans les lignes de basse de Hans Fröhling dans un maelstrom inouï et ravageur. Dès le très envoûtant « Tides » en passant par « Love Undone » ou « Neeckle In My Eyes », Tommi Holappa maltraite sa guitare jusqu’au très bluesy « Bury Me My Son » et le très Desert Rock « March On Higher Grounds ». GREENLEAF livre une nouvelle cuvée exceptionnelle dont il sera difficile d’être rassasié.